FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Contemporain  TC920290
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Bruno Maderna : Hyperion. Bene, Mariwaether, Persichilli, Loppi, Panni.
5 de Diapason
Diapason de juillet 2022
Critique de Gérard Condé
Page n° 82
Classica de septembre 2022
Critique de Jérémie Bigorie
Page n° 102
Format : 2 CD
Durée totale : 01:23:55

Enregistrement : 16/10/1981
Lieu : Milan
Pays : Italie
Prise de son : Stereo

Label : Tactus
Référence : TC920290
EAN : 8007194200577
Code Prix : DM025A

Année d'édition : 2022
Date de sortie : 11/05/2022

Genre : Classique
Bruno Maderna (1920-1973)
Suite de l'opéra "Hyperion", pour soprano, flûte, hautbois, récitant, chœur et orchestre

Annette Mariwaether, soprano
Angelo Persichilli, flûte
Augusto Loppi, hautbois
Carmelo Bene, récitant
Orchestra Sinfonica e Coro della RAI di Milano
Marcello Panni, direction

Inclassable l’Hyperion de Bruno Maderna. Les fragments et les poèmes d’Hölderlin lui auront inspirés successivement trois spectacles ressortissants plutôt à des expériences constituées de pièces variées écrites pour divers ensembles où la flûte de Severino Gazzeloni tenait un rôle d’importance. A mesure, Maderna changea le visage de son œuvre pour y faire entrer des échos de l’actualité mondiale : la Guerre du Vietnam s’invite dans Hyperion e la violenza, nouvelle mouture proposée à la scène bruxelloise en 1968. Puis l’œuvre gagna en introspection avec les fragments du seul récit du poète (L’Ermite de Grèce), Maderna ajoutant également des poèmes d’Auden, de Garcia Lorca. Elément central d’Hyperion, le récitant, face à la soprano qui incarne Diotima. Lorsque Marcello Panni décida, en 1978, avec le concours de la veuve du compositeur, de mettre au net une version cohérente de ces divers états, il aboutit à une partition typique de l’école de Darmstadt, qui fascina tant les compositeurs italiens de la génération de Maderna, Donatoni, Nono, Bussoti. L’œuvre fut présentée une première fois à Turin, le 9 novembre 1979, puis fut reprise à Rome avec un nouveau récitant, Carmelo Bene, acteur majeur, qui venait de triompher à la Scala dans le Manfred de Robert Schumann. C’est l’écho de cette représentation, tirée des archives de l’acteur, qui est ici publiée, ouvrant la boite de pandore des ouvrages scéniques de Maderna, interprétation fulgurante de cette « work in progress » où la grammaire sensuelle du compositeur étonne par-delà la modernité des moyens. Et si demain enfin, des interprètes aussi avisés nous faisaient découvrir Satyricon. (Discophilia - Artalinna.com) (Jean-Charles Hoffelé)

Bruno Maderna always attached great importance to insight and imagination, even during the period in which he followed the most rigorous serial procedures. Maderna’s preference for concreteness in sound images, his practical approach to composition problems, and his receptiveness to language diversity explain the extraordinary ascendancy he had over the Italian composers who visited Darmstadt in the Fifties and Sixties, including Nono, Berio, Donatoni, and Clementi. But they also explain his gradual withdrawal from the most radical experiments of the avantgarde, and his tendency, during the last decade, to pursue a constant osmosis between different styles and materials (also through frequent overflows between his own compositions), often ending up in theatrical forms. Hyperion has been described as “Lyric in the form of a show”. It was presented in its first version as a mobile cycle of vocal, orchestral and electronic pieces based on fragments of Friedrich Hölderlin’s novel Hyperion, oder der Heremit in Griechenland (“Hyperion, or the Hermit in Greece”), the only novel written by the German poet. This book, an epistolary novel, was published in various versions, so it somehow could be regarded as a “work in progress” too. This recording represents an important document of the live version, reduced and adapted by the great actor Carmelo Bene, flanked by the RAI Symphony Orchestra from Milan directed by Maestro Marcello Panni.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Emanuele Barbella : Six duos pour altos. Marcocchi, Laghi.
Emanuele Barbella : Six duos pour altos. Marcocchi, Laghi.

Edwin Fischer : Intégrale des enregistrements studio, 1934-1950.
Edwin Fischer : Intégrale des enregistrements studio, 1934-1950.

Chostakovitch, Weinberg, Jolivet : Concertos pour trompette et piano. Ott, Radutu, Kaftan.
Chostakovitch, Weinberg, Jolivet : Concertos pour trompette et piano. Ott, Radutu, Kaftan.


Olga Neuwirth : Orlando. Lindsey, Clementi, Jurenas, Melrose, Bond, Pintscher, Graham.
Olga Neuwirth : Orlando. Lindsey, Clementi, Jurenas, Melrose, Bond, Pintscher, Graham.


Stefano Gervasoni : Gramigna. Dzenisenya, Colliard, Marchesini, Gorli.
Stefano Gervasoni : Gramigna. Dzenisenya, Colliard, Marchesini, Gorli.


Adolph Bernhard Marx : Mose, oratorio. Knauth, Wagner, Gödde, Hunger, Meyer.
Adolph Bernhard Marx : Mose, oratorio. Knauth, Wagner, Gödde, Hunger, Meyer.


Wolfgang Rihm : Grat-Edge. Gauwerky, Greffin-Klein, Porath, Uhlig.
Wolfgang Rihm : Grat-Edge. Gauwerky, Greffin-Klein, Porath, Uhlig.


Schütz : Historia Nativitatis. Ensemble Polyharmonique.
Schütz : Historia Nativitatis. Ensemble Polyharmonique.


Stefano Scodanibbio : Quatuors à cordes. Arditti Quartet.
Stefano Scodanibbio : Quatuors à cordes. Arditti Quartet.

Commander ce produit

18,24 €
Prix catalogue : 26,06 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°107 - 09/2022
ClicMag n°107 - 09/2022
Infos label
Tactus
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.