FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Hyperion  CDA68057
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Reger : Mélodies. Bevan, Martineau.
Diapason de octobre 2016
Critique de Hélène Cao
Page n° 100
Format : 1 CD
Durée totale : 01:07:47

Enregistrement : 2013-2015
Lieu : Londres
Pays : Royaume-Uni
Prise de son : Eglise / Stereo

Label : Hyperion
Référence : CDA68057
EAN : 0034571280578
Code Prix : DM021A

Année d'édition : 2016
Date de sortie : 29/06/2016

Genre : Classique
Max Reger (1873-1916)
Mein Traum, op. 31 n° 5
Unbegehrt, op. 31 n° 3
Flieder, op. 35 n° 4
Volkslied, op. 37 n° 2
Glückes genug, op. 37 n° 3
Zwischen zwei Nächten, op. 43 n° 1
Meinem Kinde, op. 43 n° 3
Wiegenlied, op. 43 n° 5
Sag es nicht, op. 43 n° 8
Am Dorfsee, op. 48 n° 6
"Träume, taüme, du mein süsses Leben!", Wiegenlied op. 43 n° 5
Zwei Gänse, op. 55 n° 8
Viola d'amour, op. 55 n° 11
Waldseligkeit, op. 62 n° 2
Sehnsucht, op. 66 n° 1
Morgen!, op. 66 n° 10
Kindergeschichte, op. 66 n° 12
Äolsharfe, op. 75 n° 11
Hat gesagt, bleibt's nicht dabei, op. 75 n° 12
Du meines Herzens Krönelein, op. 76 n° 1
Waldeinsamkeit, op. 76 n° 3
Wenn die Linde blüht, op. 76 n° 4
Glück, op. 76 n° 16
In einem Rosengärtenlein, op. 76 n° 18
Des Kindes Gebet, op. 76 n° 33
Mittag, op. 76 n° 35
Schelmenliedchen, op. 76 n° 36
Mariä Wiegenlied, op. 76 n° 52
Mausefangen, op. 76 n° 58
Zum Schlafen, op. 76 n° 59
"Ehre sei Gott in der Höhe!", Weihnachtslied

Sophie Bevan, soprano
Malcolm Martineau, piano

Cet enregistrement de 33 mélodies, s’il n’est pas un hasard, est un bonheur pour découvrir un aspect plutôt méconnu et peu joué, à tort, de Max Reger dont on célèbre le centenaire de la mort cette année (11 mai 1916). Reger, pilier de l’école d’orgue de Vienne, donne ici une autre vision de son immense talent de kolossal compositeur qui nous laissera plus de 300 lieder ! Entre l’univers brahmsien et celui de Schoenberg son contemporain, avec qui il a jeté les bases de l’atonalité – et qui dira avoir beaucoup appris de lui, on trouve ici une ambiance calme et reposante, grâce une parfaite harmonie entre les deux protagonistes que sont Sophie Bevan à la voix pure et généreuse et Malcom Martineau qui apporte un soutien autant précis que vif et limpide sans jamais outrepasser son rôle pour laisser filer les méandres de musique. Ce disque redonne une place significative à Reger qui n’a pas dans la musique vocale la place qu’il mérite. A l’écoute de "Glückes Genug" ou de "Mariä Wiegenlied", on se prend dans les harmonies savantes du maître bavarois pour ne pas les oublier. A écouter, absolument ! On regrettera seulement que le livret ne donne pas de place au français. (Jean Bacot)

Dans la production pléthorique de Max Reger les Lieder ne doivent pas être méprisés. Ils accompagnèrent fidèlement sa production créative qui resserrera en tout juste un peu plus d’un quart de siècle un catalogue gigantesque, abordant toutes les formes sinon l’opéra. Le domaine intime du Lied le force à avouer sa fascination pour Brahms, au point que, si ce n’était parfois cette harmonie qui se tend vers de nouveaux mondes sonores, on pourrait croire nombre des opus assemblés dans cette utile anthologie par Sophie Bevan et Malcolm Martineau coulés de la plume de l’auteur des "Quatre chants sérieux". Mais justement ça et là, l’harmonie se diapre, les mots disparaissent dans la ligne, Zemlinsky, Berg ne sont pas si loin en esprit, jamais Richard Strauss mais plutôt Mahler. Un moderniste ne se refait pas, même si toute l’Allemagne le voyait, l’espérait plutôt comme le meilleur rempart de la tradition. L’entreprise est courageuse, tout un plein disque de lieder de Reger pour voix de femme n’a guère été tenté – je me demande bien pourquoi d’ailleurs - mais Sophie Bevan ne tient pourtant pas un instant si on lui compare Elisabeth Schwarzkopf, Emmi Leisner où la magique Maria Müller dans les lieder qu’elles gravèrent pour Michael Raucheisen, surtout lorsque Reger demande soudain de la véhémence (Zwischen zwei Nächten ). Je passe outre, trop heureux peu de tenir cette anthologie à laquelle je reviendrais (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

The sunset glow of Max Reger’s late Romanticism is perfectly suited to the lustrous soprano voice of Sophie Bevan, here making her Hyperion debut in a programme of thirty-three of his songs. Malcolm Martineau accompanies.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Gottwald : Transcriptions pour chœur d'œuvres de Gustav et Alma Mahler. Creed.
Gottwald : Transcriptions pour chœur d'œuvres de Gustav et Alma Mahler. Creed.

Scarlatti : Sonates pour piano. Hewitt.
Scarlatti : Sonates pour piano. Hewitt.

Liszt : Sonate pour piano en si mineur. Arrau, Barere, Horowitz.
Liszt : Sonate pour piano en si mineur. Arrau, Barere, Horowitz.


Bruckner : Symphonie n° 7 en mi majeur. Böhm.
Bruckner : Symphonie n° 7 en mi majeur. Böhm.


C.P.E. Bach : Intégrale des variations pour clavier. Coen.
C.P.E. Bach : Intégrale des variations pour clavier. Coen.


Holst : Les Planètes. Karajan.
Holst : Les Planètes. Karajan.


Mozart : Sonates pour violon, vol. 1. Ibragimova, Tiberghien.
Mozart : Sonates pour violon, vol. 1. Ibragimova, Tiberghien.


F.X. Mozart, Clementi : Concertos pour piano. Shelley.
F.X. Mozart, Clementi : Concertos pour piano. Shelley.


La discothèque idéale de Diapason, vol. 7 / Strauss : Les grands opéras.
La discothèque idéale de Diapason, vol. 7 / Strauss : Les grands opéras.


Max Reger : Trois Motets, op. 110. Bernius.
Max Reger : Trois Motets, op. 110. Bernius.

Commander ce produit

15,36 €
Prix catalogue : 21,95 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°62 - 07/2018
ClicMag n°62 - 07/2018
Infos label
Hyperion
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.