FrançaisEnglish
Advanced Search
Top  Catalog  Our Labels  Classical  Hänssler Classic  HAN93327
MY ACCOUNT
MY WISHLIST
SHOPPING CART
Categories
Labels
Information
Brahms : Un requiem allemand. Landshammer, Boesch, Norrington.
Diapason from June 2015
Review de Patrick Szersnovicz
Page No. 96
Format : 1 CD
Total Time : 01:04:24

Recording : 20-21/02/2014
Location : Stuttgart
Country : Allemagne
Sound : Stereo

Label : Haenssler Classic
Catalog No. : HAN93327
EAN : 4010276027515

Publishing Year : 2015
Release Date : 22/04/2015

Genre : Classical
Johannes Brahms (1833-1897)
Un requiem allemand, op. 45

Christina Landshamer, soprano
Florian Boesch, basse
Ensemble vocal de la radio de Stuttgart
Orchestre Symphonique de la radio de Stuttgart
Roger Norrington, direction

Entre pénombre de l’intériorité méditative et lumière révélatrice des paroxysmes, le cheminement dramatique du « Requiem allemand » rappelle la complexité du langage brahmsien articulant contrastes, oppositions, fulgurances (la mort) et approfondissement progressif continu (la « mort de la mort »). Cette dialectique n’est pas sans relation avec la fondatrice conscience aiguë d’un héritage de quatre siècles de musique rétablissant par delà les ruptures la cohérence et donc le sens. A l’heure du choix d’un positionnement face aux offensives de l’avant-garde (Wagner et Liszt), le mûrissement des forces s’accomplit dans leur convergence qui seule peut leur éviter l’épuisement dans leur multiplicité. Plutôt que d’interroger le mystère du dialogue métaphysique de Brahms avec le temps, audible dans la réconciliation harmonieuse des esthétiques successives, le style d’interprétation de Norrington, voulant coûte que coûte maintenir la tension, et pour cela usant de procédés artificiels comme le systématisme des oppositions de dynamique, ne propose qu’une succession théâtrale de moments isolés, appréciables en soi dans leurs couleurs et leur caractérisation idiomatique, encore qu’à se réduire à une expression de la volonté, les tuttis puissent avec force cuivres et timbales devenir rapidement assommants. De la puissance, de l’envergure certes, mais la tendresse et l’humanité… ? (Pascal Edeline)

Roger Norrington ose aujourd’hui une lecture du Requiem Allemand délivrée de toute mystique – sinon de toute spiritualité. Il sculpte son chœur comme une architecture, mais laïque, et donne à son orchestre une nudité expressive saisissante. Le chef d’œuvre de Brahms, déserté par la foi, est-il encore une œuvre pour le Temple ? Cette version a déconcerté la presse des deux cotés du Rhin. Stylistiquement je n’y perçois que la suite logique d’un travail déjà commencé avec les quatre symphonies : mise à plat du texte, ce qui permet de faire ressortir des éléments saillants gommés par la tradition – écoutez les syncopes des timbales durant « Herr, lehre doch mich » - recherche des couleurs originales (bien moins sombres qu’à l’accoutumée ici), phrasés pensés en fonction du sens du texte avant que de son habillage musical, tout cela fait déjà beaucoup. Mais Norrington ne s’arrête pas à ces apparences, il a beau proposer sa syntaxe comme un viatique, l’objet de l’art singulier qu’il met à son Deutsches Requiem se trouve dans le sens. L’œuvre abandonne son caractère d’office pour devenir, comme en écho à la Rapsodie pour contralto, chœur d’hommes et orchestre, une célébration panthéiste, conduisant de la nuit à la lumière. Littéralement, le printemps rayonne à partir de « Wie lieblich sind deine Wohnungen », la renaissance parait, portée par la longue efflorescence vocale de la soprano dans « Ihr habt nun Traurigkeit » – le chant de Chrsitina Landshamer me fait immédiatement penser à la manière effusive qu’y mettait Elisabeth Grümmer pour Rudolf Kempe à Berlin, ma version de chevet - , et l’ultime combat pour la lumière du baryton et des chœurs qui lui succède est plus un hymne qu’une lutte, aussi sculptée que soit la direction du chef. Après tant de versions anonymes, celle-ci est signée, on peut refuser son propos, mais ne pas l’entendre? (Discophilia - Artalinna.com) (Jean-Charles Hoffelé)

.  Write Review
Customers who bought this product also purchased
Transcriptions d'œuvres de Puccini pour piano à 4 mains. Datteri, Lencioni.
Transcriptions d'œuvres de Puccini pour piano à 4 mains. Datteri, Lencioni.

Johann Baptist Vanhal : Missa Solemnis - Stabat Mater. Filova, Melnik, Benackova, Dürmüller, Sulzenko, Neumann.
Johann Baptist Vanhal : Missa Solemnis - Stabat Mater. Filova, Melnik, Benackova, Dürmüller, Sulzenko, Neumann.

Sibelius : Œuvres pour piano, vol. 2. Tong
Sibelius : Œuvres pour piano, vol. 2. Tong


Ludwig van Beethoven : Variations pour piano - Bagatelles. Brendel.
Ludwig van Beethoven : Variations pour piano - Bagatelles. Brendel.


Friedrich Schneider : Das Weltgericht, oratorio. Rüping, Reinhold, Grahl, Blumenschein, Holzhey, Blache, Meyer.
Friedrich Schneider : Das Weltgericht, oratorio. Rüping, Reinhold, Grahl, Blumenschein, Holzhey, Blache, Meyer.


C.P.E. Bach : Concertos pour violoncelle. Altstaedt, Cohen.
C.P.E. Bach : Concertos pour violoncelle. Altstaedt, Cohen.


Wolfgang Amadeus Mozart : Intégrale des sonates pour piano. Oort.
Wolfgang Amadeus Mozart : Intégrale des sonates pour piano. Oort.


Cristofaro Caresana : Cantates de chambre profanes. Banes Gardonne, Ensemble Démesure.
Cristofaro Caresana : Cantates de chambre profanes. Banes Gardonne, Ensemble Démesure.


Dvorák : Stabat Mater. Rilling.
Dvorák : Stabat Mater. Rilling.


Mozart : Intégrale des sonates pour piano. Pires.
Mozart : Intégrale des sonates pour piano. Pires.

Order Product

14,64 €
Catalogue Price : 20,92 €
IN STOCK
Ships within 24 hours!
Free Shipping is available for this item
Free Shipping Available!
Click here for more info

ClicMag of the month
ClicMag n°83 - 06/2020
ClicMag n°83 - 06/2020
Label Info
Haenssler Classic
All CDs from this label
Label Website
Tell A Friend


Tell someone you know about this product.