FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Hyperion  CDA68102
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Stojowski, Wieniawski : Œuvres pour violon et orchestre. Niziol, Borowicz.
Diapason de novembre 2016
Critique de Michel Stockhem
Page n° 109
Format : 1 CD
Durée totale : 00:55:56

Enregistrement : 24-25/06/2015
Lieu : Glasgow
Pays : Royaume-Uni
Prise de son : Stereo

Label : Hyperion
Référence : CDA68102
EAN : 0034571281025
Code Prix : DM021A

Année d'édition : 2016
Date de sortie : 07/09/2016

Genre : Classique
Zygmunt Stojowski (1869-1946)
Concerto pour violon en sol mineur, op. 22
Romance en mi bémol majeur, op. 20

Henryk Wieniawski (1835-1880)
Fantaisie brillante sur des motifs de l'opéra "Faust" de Gounod, op. 20

Bartolomiej Niziol, violon
BBC Scottish Symphony Orchestra
Lukasz Borowicz, direction

Pianiste précoce, le Polonais Zygmunt Stojowski achève sa formation à Paris auprès de Léo Delibes et Théodore Dubois, puis s'installe définitivement à New-York où il poursuit une carrière de concertiste, compositeur et pédagogue renommé. Son unique Concerto pour violon (1899) est une passionnante découverte : de facture classique et d'esprit néoromantique, on est irrésistiblement tenté de le mettre en regard de celui de Sibelius, exact contemporain dont il partage à la fois le caractère rhapsodique, l'intense et chaleureux lyrisme et l'utilisation fréquente du registre aigu par le soliste : soutenu par une orchestration opulente et raffinée, celui-ci chante et déploie d'admirables mélodies qui font mouche et étreignent le cœur. Dédiée au violoniste Jacques Thibaud, la poétique Romance confirme le talent de mélodiste et le haut niveau d'inspiration de ce musicien auquel les excellents interprètes de ce CD rendent un hommage plus que mérité. Composée par Wieniawski pour son propre usage lors de ses nombreuses tournées internationales, la Fantaisie brillante sur des motifs du Faust de Gounod (1865) est l'un de ces morceaux de bravoure essentiellement destinés à mettre en valeur la virtuosité de leur interprète. Ce pot-pourri dont l'intérêt musical demeure très relatif paraphrase pendant près de vingt minutes plusieurs airs de cet opéra créé six ans plus tôt; pour faustiens inconditionnels ! (Alexis Brodsky)

Né Polonais, éduqué à Cracovie où enfant il subjugue par sa virtuosité pianistique, à dix-huit ans Zygmunt Stojowski débarque à Paris. Louis Diemer l’accueille dans sa classe, mais vite sa réputation de concertiste lui ouvre les portes des salons, son jeu altier méduse Saint-Saëns – il se fera son zélateur, le pianiste accaparant son Quatrième Concerto – et séduit Tchaikovski de passage à Paris qui gardera jusqu’à sa mort des relations affectueuses avec ce jeune homme polonais dont la nature passionnée lui plaisait. Mais le grand projet de ses années parisiennes sera de parfaire ses connaissances dans le domaine de la composition. Leo Delibes l’y aidera, lui offrant son orchestre évocateur et précis, il commence à composer d’abord pour son instrument – ses deux Concertos mériteraient d’être réévalués – mais aussi pour le violon dont la nature lyrique correspond à sa sensibilité avec plus d’évidence encore que le clavier. Deux très belles Sonates en attestent, et ce Concerto pour violon dont Paris vit la création le 25 mars 1900 sous la direction de Camille Chevillard. Comment ne pas entendre dans son discours ténébreux, dans sa lyrique effusive, un ton résolument français, jusque dans ses envolées oniriques où passe le souvenir du Poème de Chausson ? La Romance écrite sensiblement à la même époque que le Concerto, dédiée à Jacques Thibaud, désarme par sa longue mélodie si ardente, merveille qui n’aurait jamais du quitter le répertoire du concert et que Bartlomiej Niziol joue amoroso, phrasant large. Il donnait déjà du Concerto une lecture au lyrisme troublant dans l’orchestre profus que lui distillait Lukasz Borowicz, dont j’espère qu’il nous offrira un jour prochain la première mondiale de la Symphonie en ré, autre grand opus parisien de Stojowski. Après cela le grand numéro de la "Fantaisie brillante sur des motifs du Faust" de Gounod brossée avec une pointe de génie par Henryk Wieniawski peut bien paraître, avec son violon qui incarne tour à tour tous les héros du drame de Goethe. C’est brillant, passionnant, foudroyant parfois (et d’abord par l’aplomb qu’y met Niziol) mais comparé à la muse lyrique de Stojowski, c’est trop peu (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Sterndale Bennett, Bache : Concertos pour piano. Shelley.
Sterndale Bennett, Bache : Concertos pour piano. Shelley.

Wilhelm Bernard Molique : Quatuors à cordes. Quatuor de Mannheim.
Wilhelm Bernard Molique : Quatuors à cordes. Quatuor de Mannheim.

Zygmunt Noskowski : Œuvres pour piano, vol. 2. Mikolon.
Zygmunt Noskowski : Œuvres pour piano, vol. 2. Mikolon.


Miloslav Kabelác : Intégrale des symphonies. Ivanovic.
Miloslav Kabelác : Intégrale des symphonies. Ivanovic.


Suk : Works for cello and orchestra
Suk : Works for cello and orchestra


Franciszek Brzezinski : Intégrale de l'œuvre pour piano. Pakura.
Franciszek Brzezinski : Intégrale de l'œuvre pour piano. Pakura.


Rubinstein : Intégrale des sonates pour violon. Cammarano.
Rubinstein : Intégrale des sonates pour violon. Cammarano.


Robert Kahn : L'œuvre pour violon et piano. Vähälä, Triendl.
Robert Kahn : L'œuvre pour violon et piano. Vähälä, Triendl.


Fitzenhagen, Tchaikovski : Concertos pour violoncelle. Gerhardt, Blunier.
Fitzenhagen, Tchaikovski : Concertos pour violoncelle. Gerhardt, Blunier.


Vivaldi : Concertos pour luth & mandoline (30 ans Hyperion). O'Dette.
Vivaldi : Concertos pour luth & mandoline (30 ans Hyperion). O'Dette.


Ignaz von Beecke : Concertos pour piano. Veljkovic, Moesus.
Ignaz von Beecke : Concertos pour piano. Veljkovic, Moesus.


Magnard : Trio pour piano - Sonate pour violon. Laurenceau, Hornung, Triendl.
Magnard : Trio pour piano - Sonate pour violon. Laurenceau, Hornung, Triendl.


Jenö Hubay : Concertos pour violon n° 3 et 4. Shaham, Brabbins.
Jenö Hubay : Concertos pour violon n° 3 et 4. Shaham, Brabbins.


Orff : Gisei, opéra. McKinny, Helzel, Brück, Zhidkova, Lacombe.
Orff : Gisei, opéra. McKinny, Helzel, Brück, Zhidkova, Lacombe.


Elgar : Variations Enigma et autres œuvres orchestrales. Brabbins.
Elgar : Variations Enigma et autres œuvres orchestrales. Brabbins.


Christian Westerhoff : Concertos pour alto et pour flûte. Buntrock, Pas-Van Riet, Hotz.
Christian Westerhoff : Concertos pour alto et pour flûte. Buntrock, Pas-Van Riet, Hotz.


Rousseau : Le Devin du village. Bürgler, Feyfar, Wörner, Reize.
Rousseau : Le Devin du village. Bürgler, Feyfar, Wörner, Reize.


Telemann : Ouvertures, trios et sonates pour chalumeau & psaltérion. Brunner.
Telemann : Ouvertures, trios et sonates pour chalumeau & psaltérion. Brunner.

Commander ce produit

15,36 €
Prix catalogue : 21,95 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°56 - 01/2018
ClicMag n°56 - 01/2018
Infos label
Hyperion
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.