FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Hyperion  CDA68093
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Couperin : L'Apothéose de Lully - Leçons de ténèbres. Arcangelo, Cohen.
Diapason de juillet 2017
Critique de Gaëtan Naulleau
Page n° 94
Format : 1 CD
Durée totale : 01:10:35

Enregistrement : 2013-2014
Lieu : Londres
Pays : Royaume-Uni
Prise de son : Eglise / Stereo

Label : Hyperion
Référence : CDA68093
EAN : 0034571280936
Code Prix : DM021A

Année d'édition : 2017
Date de sortie : 03/05/2017

Genre : Classique
François Couperin (1668-1733)
L'Apothéose de Lully, Concert instrumental composé à la mémoire immortelle de l'incomparable Monsieur de Lully
Trois leçons de Ténèbres
Première leçon
Deuxième leçon
Troisième leçon

Ensemble Arcangelo
Jonathan Cohen, direction

J’ai toujours eu une tendresse extrême pour « L’Apothéose de Lully » depuis que je l’ai découverte enfant dans l’opulente mais éloquente proposition de Jean-François Paillard, sans pourtant jamais être convaincu de ce qu’en tiraient les interprètes, sinon par l’approche si sensible, si « à part » de Jordi Savall et de ses amis. C’est Stéphane Degout, qui, pour Jonhatan Cohen donne les « didascalies » de L’Apothéose de Lully. Plus de flûtes, plus de hautbois, mais deux violons, une « gambe », un luth qui marie ses cordes pincées à celles du clavecin, petit concert miraculeux de sensibilité qui ne perd pas en couleurs, mais gagne en émotion par le modelé des phrases, la profondeur des mélodies, comme si elles se miraient au timbre profus de Stéphane Degout dont elles semblent naitre. On se trouve dans un cercle plus intime, où tout se dessine d’évidence dans un discours fluide. Mercure a le pied bien léger comme il le faut, le geste d’Apollon est la plus gracieuse des invites vraiment tombée d’un nuage, les scories des adversaires de Lully le voyant monter au Parnasse dessinent de vrais visages, mobiles, effrayés et furieux à la fois, tout est si vivant justement par le petit nombre de ce concert, que d’ailleurs dicte la suite de l’album : les Trois leçons de ténèbres se suffisent d’un luth, d’une viole et d’un orgue discret, car elles sont ici comme jadis elles le furent par Nadine Sautereau et Janine Collard, incarnées en voix de corps, pénitences brulantes, prières sensuelles, piétés offertes, où soudain, dans le plus français de Couperin Rome parait pourtant. La boucle est bouclée. Bravo à Catherine Watson et à Anna Dennis, bravo à Jonathan Cohen pour nous les rendre ainsi, charnelles, ardentes, loin de Versailles, vraies musiques pour le Caravage. Il fallait l’oser (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

L’Apothéose de Lully’ was Couperin’s homage to his great musical predecessor and depicts the elder composer’s elevation to Mount Parnassus (where he plays duets with the shade of Corelli and, with Apollo’s blessing, effects a reconciliation between the contrasting French and Italian styles of the day). The ‘Leçons de ténèbres’ were written for performance in Holy Week and demand—and here receive from Katherine Watson and Anna Dennis—vocal artistry of the highest order.

.  Ecrire une critique
Commander ce produit

15,36 €
Prix catalogue : 21,95 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°66 - 12/2018
ClicMag n°66 - 12/2018
Infos label
Hyperion
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.