FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Historique  AUD95642
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Paul Kletzki dirige Brahms, Schubert et Beethoven.
5 de Diapason
Diapason de septembre 2016
Critique de Rémy Louis
Page n° 143
Format : 1 CD Digipack
Durée totale : 01:16:39

Enregistrement : 07/09/1946
Lieu : Lucerne
Pays : Suisse
Prise de son : Live

Label : Audite
Référence : AUD95642
EAN : 4022143956422
Code Prix : DM017A

Année d'édition : 2016
Date de sortie : 25/05/2016

Genre : Classique
Johannes Brahms (1833-1897)
Symphonie n° 4 en mi mineur, op. 98

Franz Schubert (1797-1828)
Symphonie n° 7 en si mineur, D 759 "Inachevée"

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Ouverture "Léonore" n° 3, op. 72b

Swiss Festival Orchestra
Paul Kletzki, direction

Le 7 septembre 1946, Paul Kletzki est appelé par le producteur Walter Legge pour remplacer Wilhelm Furtwängler, et diriger l’orchestre suisse de Lucerne pour un disque enregistré par la firme Columbia suivi par un concert dans le cadre du festival. Au programme : Brahms Schubert Beethoven. C’est pour le public festivalier la découverte de ce chef suisse d’origine polonaise qui dirigea notamment les orchestres de Liverpool, Dallas et Berne. Sa carrière fit hélas long feu (on le disait timide et peu communicant) et ne subsistent de son héritage discographique que peu d’enregistrements dont celui-ci publié par Audite. Dans les deux symphonies, Kletski est surtout attentif à la structure générale de l’œuvre, développant chaque mouvement, détail après détail, à la manière d’un maçon construisant un mur. L’analogie n’est pas gratuite car c’est aux dépends peut-être de la sensualité des timbres et d’un certain lyrisme. C’est presque en phénoménologue que le chef (et compositeur) aborde la matérialité de la partition et l’objectivité du corps orchestral sans pour autant verser dans un ésotérisme fumeux. Une démarche manifeste dans l’exposition et le déroulement de L’Inachevée de Schubert, par ailleurs splendidement incarnée (les grandes libertés de tempo visant à contraster l’ensemble et rehausser certaines parties) la Quatrième de Brahms qui suit est plus fluide et distanciée. Enfin, point culminant du programme, l’Ouverture Léonore de Beethoven mêle « … La perfection portée jusqu’à l’éclat le plus brillant une tension intérieure de l’intellect et une plénitude de l’âme telle que l’on ne la ressent que très rarement ». On ne lésinait pas sur l’hyperbole au Neue Zürcher Zeitung ! Kletzki versus Furtwängler. Le chef suisse relâche alors nœuds et tension accumulés jusque-là pour libérer une ardeur jubilatoire et triomphante. (Jérôme Angouillant)

Sweizerisches Festspielorchester : ce fut longtemps la phalange symphonique du Festival de Lucerne, ensemble composite réunissant d’abord des instrumentistes suisses avec en leurs rangs une forte présence des membres de L’Orchestre de la Suisse Romande. Pas l’ensemble le plus brillant qui soit, ni le plus concerné par l’intonation. Mais enfin, emmenés par Paul Kletzki j’avoue qu’ils sont ici plutôt irrésistibles. Grand œuvre de ce Concert de charité donné le 7 septembre 1946 au Kunsthaus, la 4e Symphonie de Brahms, dont le chef polonais s’était fait une spécialité. Une autre version captée en concert à Prague avec la Philharmonie Tchèque en donnait un visage plus âpre, ici, et enfin révélée d’après les acétates originaux – une édition plus approximative avait parue chez Guid Historical - les suisses mettent autant d’énergie qu’une sorte de sourire rayonnant. Et comme cela est construit ! Tout cela ne va pas sans accident, mais c’est tellement voulu, empoigné, lancé que je ne peux qu’admirer. Un poil moins l’Inachevée de Schubert que Kletzki dirige comme à son habitude rapide et tourmentée mais qui manque parfois trop de "fini". Peu importe les détails pour Leonore III, car cette fois le geste péremptoire du chef emporte tout. Il faudra bien qu’un jour Warner rassemble en un abondant coffret toutes les gravures que ce géant de la direction d’orchestre aura consenti à His Master’s Voice, de Berlioz à Sibelius, de Schumann à Mahler, avec le Philharmonia, le Philharmonique de Vienne, la RTF ou le Philharmonique d’Israël , ce serait rendre justice à son art qui n’est plus guère documenté, paradoxe ! Que par des enregistrements de concert (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

A rediscovery of a master: a leading podium star during his lifetime, Paul Kletzki, born Pawel Klecki in the Polish city of Lódz on 21 March 1900, nowadays is considered an insider’s tip among connoisseurs. Volume 9 in the LUCERNE FESTIVAL Historic Performances series presents a live recording from the summer of 1946 as a first release. It shows Kletzki at the height of his art: on the podium of the Swiss Festival Orchestra he realises exciting interpretations of Brahms’ Fourth Symphony, Schubert’s Unfinished and Beethoven’s Leonore Overture No 3 – expressive and with a stupendous sense of musical architecture. Paul Kletzki fled as many as three totalitarian regimes – initially Nazi Germany, where he had established himself as a composer and conductor since the 1920s, and where Wilhelm Furtwängler had championed him; later on, Stalin’s Soviet Union; and finally fascist Italy – before settling in Switzerland in 1939. Here, he became a regular guest at the Internationale Musikfestwochen Luzern, today’s LUCERNE FESTIVAL, and began his international career which led him to work with all the important orchestras, whilst he also became chief conductor of the symphony orchestras at Liverpool, Dallas, Bern, as well (as Ernest Ansermet’s successor) as the Orchestre de la Suisse Romande. This live recording documents a charity concert which Kletzki conducted following studio recordings made in Lucerne for EMI: the first ever recording made by a Swiss orchestra for the international record market. The Neue Zürcher Zeitung wrote about Kletzki’s performance that the “works […] were interpreted with a brilliant perfection of intellectual excitement and spiritual fulfilment as it is to be experienced only extremely rarely”. This live recording from 1946 is one of the oldest recordings in the audite catalogue. It is based on the original recording which was made using acetate discs, each with a duration of c.4 minutes. Despite their old age and the particular technical challenges presented by the remastering process, Kletzki’s impressive dynamics have been fully preserved. In cooperation with audite, LUCERNE FESTIVAL presents outstanding concert recordings of artists who have shaped the festival throughout its history. The aim of this CD edition is to rediscover treasures – most of which have not been released previously – from the first six decades of the festival, which was founded in 1938 with a special gala concert conducted by Arturo Toscanini. These recordings have been made available by the archives of SRF Swiss Radio and Television, which has broadcast the Lucerne concerts from the outset. Carefully remastered and supplemented with photos and materials from the LUCERNE FESTIVAL archive, they represent a sonic history of the festival.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Nino Rota : Œuvres choisies pour piano. Seibert.
Nino Rota : Œuvres choisies pour piano. Seibert.

Heinrich Neuhaus / Beethoven : Sonate No. 17 'La Tempête' , Scriabine...
Heinrich Neuhaus / Beethoven : Sonate No. 17 'La Tempête' , Scriabine...

Bartok : Mikrokosmos 6 et autres œuvres pour piano. Tiberghien.
Bartok : Mikrokosmos 6 et autres œuvres pour piano. Tiberghien.


Giacomo Meyerbeer : Dinorah ou Le Pardon de Ploërmel. Ciofi, Dupuis, Talbot, Mazzola.
Giacomo Meyerbeer : Dinorah ou Le Pardon de Ploërmel. Ciofi, Dupuis, Talbot, Mazzola.


Carl Maria von Weber : Intégrale des ouvertures. Griffiths.
Carl Maria von Weber : Intégrale des ouvertures. Griffiths.


Feldman : Beckett material. Barainsky, Rundel.
Feldman : Beckett material. Barainsky, Rundel.


Mozart : Intégrale des sonates pour violon. E. Jess-Kropfitsch, J. Jess-Kropfitsch.
Mozart : Intégrale des sonates pour violon. E. Jess-Kropfitsch, J. Jess-Kropfitsch.


Bach : Concertos pour clavecin, vol. 3. Pinnock, Spaans, Mohlin, Mortensen.
Bach : Concertos pour clavecin, vol. 3. Pinnock, Spaans, Mohlin, Mortensen.


Satie : Socrate. Hannigan, de Leeuw.
Satie : Socrate. Hannigan, de Leeuw.


Robert Fuchs : Symphonies n° 1 et 2. Steffens.
Robert Fuchs : Symphonies n° 1 et 2. Steffens.


La discothèque idéale de Diapason, vol. 6 / Brahms : Musique de chambre.
La discothèque idéale de Diapason, vol. 6 / Brahms : Musique de chambre.


Dario Castello : Sonates concertantes en style moderne, 1629. Musica Fiata, Wilson.
Dario Castello : Sonates concertantes en style moderne, 1629. Musica Fiata, Wilson.


Purcell, Blow : Solos et Duos pour contreténor. Bowman, Chance, King's Consort, King.
Purcell, Blow : Solos et Duos pour contreténor. Bowman, Chance, King's Consort, King.


Vivaldi : Intégrale de la musique sacrée. King.
Vivaldi : Intégrale de la musique sacrée. King.


Walter Rabl : Musique de chambre. Fuchs, Laurenceau, Fenyö, Triendl.
Walter Rabl : Musique de chambre. Fuchs, Laurenceau, Fenyö, Triendl.


Antonio Caldara : Salve Regina, musique pour les louanges à la Vierge Marie. Markowitsch.
Antonio Caldara : Salve Regina, musique pour les louanges à la Vierge Marie. Markowitsch.


Georg Gebel II : Cantates de Noël, vol. 2. Winter, Schwarz, Post, Vieweg, Rémy.
Georg Gebel II : Cantates de Noël, vol. 2. Winter, Schwarz, Post, Vieweg, Rémy.


Friedrich Theodor Fröhlich : Intégrale des quatuors à cordes. Quatuor Rasumowsky.
Friedrich Theodor Fröhlich : Intégrale des quatuors à cordes. Quatuor Rasumowsky.

Commander ce produit

12,48 €
Prix catalogue : 17,83 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°50 - 06/2017
ClicMag n°50 - 06/2017
Infos label
Audite
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.