FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Lyrique  OABD7232D
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Mozart : La Clémence de Titus (Glyndebourne). Croft, Stéphany, Coote, Bayley, Losier, Harvey, Ticciati, Guth.
Format : 1 Blu-ray Disc
Durée totale : 02:18:00
Prise de son : LPCM 2.0 + DTS-HD MA
Rapport de forme : 1080i HD 16:9
Sous-titres : EN, FR, DE, JP, KO

Label : Opus Arte
Référence : OABD7232D
EAN : 0809478072324
Code Prix : DM042

Année d'édition : 2018
Date de sortie : 30/05/2018

Genre : Classique
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
La Clémence de Titus, K 621 (La Clemenza di Tito), opéra seria en 2 actes

Richard Croft (Tito)
Anna Stéphany (Sesto)
Alice Coote (Vitellia)
Clive Bayley (Publio)
Michèle Losier (Annio)
Joélle Harvey (Servilia)
The Glyndebourne Chorus
Jeremy Bines, direction
Orchestra of the Age of Enlightenment
Robin Ticciati, direction
Christian Schmidt, scénographie
Olaf Winter, lumière
Claus Guth, mise en scène
François Roussillon, réalisation

La transposition moderne de "La Clemenza di Tito", sujet un tant soit peu politique, n’est en rien choquante, même si Claus Guth l’assorti de son tropisme pour les doubles, la complexifie de flashbacks et transporte le tout dans ce marais vert où les passions s’exaltent. Car au fond, tout ce qui compte pour La Clemenza, que ce soit dans la Rome antique ou aujourd’hui, reste la direction d’acteur et celle de Claus Gluth est inspirée plus encore ici qu’en tous ses autres Mozart. La faute à Richard Croft – oui pour une fois le vrai héros de l’opéra c’est lui et non Sesto – dont le ténor ardent, forgé à ceux tout aussi inhumain de Mithridate et d’Idomeneo ne fait qu’une bouchée des périls vocaux du rôle et dont la complexité psychologique est ici dépeinte avec des luxes de précisions que la caméra avisée de François Roussillon saisit avec l’art qu’on lui connait. Ce n’est pas le seul prodige de cette production : le Sesto d’Anna Stéphany arde comme seul avant lui celui de Tatiana Troyanos, et me transporte dans ce paradis du chant mozartien que je croyais un rien perdu depuis les années cinquante. Face à ce petit miracle, Alice Coote peine parfois pour la vocalise de Vitellia, mais son grand rondo final, transformé en scène de folie, est rien moins qu’un coup de génie. Magnifique Annio selon Michèle Losier, volontaire, mais blessé, subtilement chanté. L’orchestre mené sec par Robin Ticciati est un rien la paille de l’ensemble, mais il s’accorde à la régie nerveuse de Claus Guth. Glyndebourne y a gagné un des spectacles majeurs de son nouveau théâtre, repris d’ailleurs cette année (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

Mozart's final opera returns to Glyndebourne after an absence of nearly 20 years in a 'stark, compelling and very well acted' production directed by Claus Guth. Richard Croft sings the title role 'with exemplary stylistic poise and tonal sweetness', and Anna Stéphany is a Sesto 'touchingly full of angst and remorse... with terrific élan and immaculate technical control' in the arias (The Telegraph) - her "Parto, Parto" 'simply breathtaking' (The Guardian). Guth's vision sets the 1st-century Roman story in a two-storey office suite bureaucracy 'exquisitely lit by Olaf Winter', aptly framing the scheming of Vitelia, sung by Alice Coote 'in terrific form'. The OAE under Robin Ticciati 'brings out the sheer beauty' of Mozart's score.

.  Ecrire une critique
Commander ce produit

30,72 €
Prix catalogue : 43,90 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°64 - 10/2018
ClicMag n°64 - 10/2018
Infos label
Opus Arte
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.