FrançaisEnglish
Advanced Search
Top  Catalog  Low Price  AVI8553501
MY ACCOUNT
MY WISHLIST
SHOPPING CART
Categories
Labels
Information
Julian Steckel joue Korngold, Bloch, Goldschmidt. CD + Catalogue AVI Music 2005-2015.
Format : 1 CD Catalogue
Total Time : 00:54:04

Recording : 2009
Location : Coblence
Country : Allemagne
Sound : Stereo

Label : AVI Music
Catalog No. : AVI8553501
EAN : 4260085535019

Publishing Year : 2015
Release Date : 25/11/2015

Genre : Classical
Erich Wolfgang Korngold (1897-1957)
Concerto pour violoncelle et orchestre en do, op. 37

Ernest Bloch (1880-1959)
Schelomo

Berthold Goldschmidt (1903-1993)
Concerto pour violoncelle et orchestre

Julian Steckel, violoncelle
Rheinische Philharmonie State Orchestra
Staatsorchester Rheinische Philharmonic
Daniel Raiskin, alto, direction

Deux œuvres rares encadrant le Schelomo de Bloch, qui depuis une génération manque quelque peu de héros pour porter sa prophétie, voila le projet osé de Julian Steckel, violoncelliste charismatique de la nouvelle génération allemande – je le place à égalité avec Johannes Moser. Ces trentenaires partagent tout deux une virtuosité crane et un sens des mises en perspective de leur répertoire éclairant. La sonorité de Steckel est plus profonde, plus ample que celle de Moser, et va comme un gant aux trois œuvres assemblées ici. Le « concerto-fantaisie » déduit par Korngold de la musique composée pour le film Deception fut écrit pour Eleanor Aller, l’épouse de Félix Slatkin, et son esprit de scherzo déploie un orchestre faramineux, entourant un jeu aventureux du soliste, plein de pizzicatos, de spiccatos, de coups d’archets percutants, une partition d’une virtuosité jouissive dont Julian Steckel ne fait littéralement qu’une bouchée, porté par l’orchestre si vif, si dessiné conduit par Daniel Raiskin. Pour Schelomo de Bloch, le violoncelle doit devenir un personnage, l’évocation sonore de Salomon. Rostropovitch y parlait littéralement, Julian Steckel épouse la tradition à la fois narrative et philosophique (l’œuvre est parcourue par le fameux « Vanité tout n’est que Vanité »)dont l’ont marqué depuis le créateur Hans Kindler les archets de Zara Nelsova, André Navarra puis de Janos Starker, et sa lecture orante et expressive, montrant toute la diversité des registres de sa grande caisse, nous vaut le plus éloquent Schelomo enregistré jusque là au XXIe Siècle. Ici encore, l’orchestre tempétueux de Raiskin n’est pas en reste, resserrant les grands crescendos avec un sens de l’effet clouant. Coda bien vu avec le Deuxième Concerto de Berthold Goldschmidt que le disque n’avait plus documenté depuis la gravure princeps de Yo Yo Ma avec Charles Dutoit pour Decca. Ecrit originellement en 1932 pour Emmanuel Feuermann, perdu durant la guerre puis reconstitué de mémoire et élargi à quatre mouvements en 1953, l’œuvres est un précipité de styles alliant des formules baroques , un saltarello irrésistible, et des musiques irrévérencieuses rappelant la République de Weimar. Toute cette diversité produit un style distancié, ironique, qui doit percer derrière l’écriture brillante, si exigeante pour le soliste comme pour l’orchestre : on l’entendra ici dans toute son irrésistible énergie, capté comme toute le disque par une prise de son magique (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

Trois concertos du vingtième siècle écrits par des compositeurs juifs. L'américain d'origine autrichienne Korngold, le suisse Ernst Bloch et l'allemand Berthold Goldschmidt, tous trois, de façon différente, soumis au contexte de la guerre et à la répression nazie. En 1946, à l'âge de cinquante ans, à l'apogée de sa réussite hollywoodienne, Korngold compose son concerto pour violon et ce concerto pour violoncelle en un seul mouvement, production dérivée d'une musique de film. Il y montre une virtuosité d'écriture extraordinaire pour l'orchestre et le soliste. Liberté harmonique, balancement entre mineur et majeur, contrastes de formes (fugato du final) et d'atmosphères (thème nostalgique du lento). Julian Steckel y déploie un jeu élégant, parfaitement articulé et sans effets chichiteux. Le Schelomo de Bloch date de 1916 et convoque un propos plus intime, tiré des "Ecclesiastes". Conçue à l'origine pour voix, la partie soliste fut finalement confiée au violoncelle. L'œuvre est profondément pessimiste (en regard des ravages de la première guerre) et se développe par motifs successifs jusqu'à l'apothéose de la section finale. Soliste et orchestre montrent les mêmes qualités, tenue, équilibre, articulation sans verser dans un pathos pourtant légitime. En 1953, Berthold Goldschmidt compose son concerto pour le violoncelliste Emanuel Feuermann. Quatre mouvements soudés par une écriture nettement polyphonique (allusions au style baroque (alla Bach), souplesse rythmique, virtuosité roborative. Steckel là encore y fait bonne figure grâce à son jeu puissant et précis. (Jérôme Angouillant)

.  Write Review
Customers who bought this product also purchased
Evgueni Mravinski dirige Chostakovitch : Symphonies n° 5, 8 et 12.
Evgueni Mravinski dirige Chostakovitch : Symphonies n° 5, 8 et 12.

Szymanowski : Le Roi Roger (Krol Roger). Kwiecien, Pirgu, Jarman, Pappano, Holten.
Szymanowski : Le Roi Roger (Krol Roger). Kwiecien, Pirgu, Jarman, Pappano, Holten.

Walter Rabl : Musique de chambre. Fuchs, Laurenceau, Fenyö, Triendl.
Walter Rabl : Musique de chambre. Fuchs, Laurenceau, Fenyö, Triendl.


Karel Ancerl : Gold Edition, vol. 29.
Karel Ancerl : Gold Edition, vol. 29.

Order Product
DELETED
Not available anymore
ClicMag of the month
ClicMag n°97 - 10/2021
ClicMag n°97 - 10/2021
Label Info
AVI Music
All CDs from this label
Label Website
Tell A Friend


Tell someone you know about this product.