FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Elegia  ELEORG18061
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Bach : Les concertos italiens pour orgue, vol. 1. Scandali.
Format : 1 CD Digipack
Durée totale : 01:00:40

Enregistrement : 17-18/05/2018
Lieu : Vigliano Biellese
Pays : Italie
Prise de son : Eglise / Stereo

Label : Elegia
Référence : ELEORG18061
EAN : 0754436592560
Code Prix : DM017A

Année d'édition : 2018
Date de sortie : 03/10/2018

Genre : Classique
Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Concerto pour orgue en la mineur, BWV 593 (d'après A. Vivaldi, op. 3 n° 8, RV 522)
Concerto pour orgue en do majeur, BWV 976 (d'après A. Vivaldi, op. 3 n° 12, RV 265)
Concerto pour orgue en fa majeur, BWV 978 (d'après A. Vivaldi, op. 3 n° 3, RV 978)
Concerto pour orgue en ré mineur, BWV 974 (d'après A. Marcello)
Concerto pour orgue en sol mineur, BWV 975 (d'après A. Vivaldi, op. 4 n° 6, RV 316)
Concerto pour orgue en ré mineur, BWV 596 (d'après A. Vivaldi, op. 3 n° 11, RV 565)

Luca Scandali, orgue

Ce premier volume des concertos d’après Vivaldi et Marcello laisse perplexe. D’abord, il est enregistré sur un instrument curieux : un orgue de 24 jeux d’esthétique « baroque tardif » (+ jeu de rossignol et cymbale) de construction récente (2007) mais à traction électrique, au diapason moderne, pourvu d’un programme électronique de registrations (séquenceur à mémoires) qui offre 11988 possibilités !!! et d’une alimentation en vent totalement silencieuse (la chasse aux bruits parasites semble, si l’on en croit le livret, avoir été une obsession des facteurs). C’est propre, très propre, trop propre : un Bach découpé au laser, passé au scanner et une exécution quasi chirurgicale (voir par exemple le célèbre BWV593 en la mineur qui ouvre le disque). Certains peuvent apprécier, mais je ne trouve quant à moi à cet instrument et à cette interprétation rien de charnel ni de poétique. Il y a là comme une perfection machinale, aseptisée voire robotique. De plus les registrations adoptées aplatissent assez fréquemment le propos musical : une tendance à individualiser à outrance ou à faire ressortir exagérément certaines voix au détriment des autres lignes amène à faire de certains mouvements de simples épures. L’interprète a certes été à bonne école (Koopman, Tamminga, entre autres) mais ici la prestation technique prend le pas sur la musicalité et l'humanité. Isoir, par exemple, fait bien autre chose de ces œuvres. (Bertrand Abraham)

On sait que Bach s'est approprié à son usage personnel et à celui de ses élèves nombre de partitions de musiciens italiens. Frescobaldi, Bonporti en passant par Marcello, Torelli, Corelli, Albinoni et Vivaldi dont il découvrir l'Estro Armonico via un éditeur basé à Amsterdam. Les partitions circulaient librement à travers l'Europe. Maître de la transcription, Bach remaniait les partitions de toute nature (surtout des concertos pour divers instruments) à sa sauce et en fonction de ses besoins. Pour ce premier volume, début d'une intégrale, Luca Scandali a choisi sept concertos d'après Vivaldi et Marcello, et un orgue moderne construit en 2007 par la compagnie Dell'Orto & Lanzini. On peut s'interroger sur le choix de l'instrument conçu sur un modèle allemand de style baroque tardif alors que l'Italie compte tant de beaux orgues historiques qui auraient fait l'affaire. Par ailleurs le choix de registration est quelquefois discutable (bourdon et nazard sonnent français !). Quant à la lecture note-à-note de l’organiste italien elle ne soulève pas l'enthousiasme. On a connu d'autres versions plus captivantes (à l'orgue ou au clavecin) des mêmes œuvres. (Jérôme Angouillant)

During his youth, Johann Sebastian Bach studied with passion the great Italian composers’ works, that were at that time style models both for their perfection about their harmonic architecture both for the brilliant vitality about their melodic vein. In order to capture the secrets of the Italian style, the young composer realized a series of transcriptions for organ from orchestra pieces, in which it is possible to see the future genius. The programme of this CD includes five works based on famous concerts by Vivaldi (four from Estro Armonico op. 3 and one from Stravaganza op. 4) and a transcription from a piece by Alessandro Marcello, who is today almost forgotten but very appreciated at Bach’s time, as his younger brother Benedetto. Those works were proposed thanks to the great performance by Luca Scandali, organ player of magnificent talent, who for Elegia has already recorded many CDs of great interest, among which stand out the two volumes of the symphonies by Padre Davide da Bergamo. A Cd that deserves to be considered even for Dell’Orto & Lanzini’s beautiful sounding palette inside the church of Santa Maria Assunta in Vigliano Biellese and for the excellent quality of the recording.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Benedetto Marcello : Intégrales des sonates pour orgue et pour clavecin. Minalli, Farabollini.
Benedetto Marcello : Intégrales des sonates pour orgue et pour clavecin. Minalli, Farabollini.

Light & Dark. Récital d'orgue à la Philharmonie de l'Elbe de Hambourg. Apkalna.
Light & Dark. Récital d'orgue à la Philharmonie de l'Elbe de Hambourg. Apkalna.

Jacobus Vaet : Musique sacrée. Ensemble Dufay.
Jacobus Vaet : Musique sacrée. Ensemble Dufay.


Nocturnes pour piano. Quigley.
Nocturnes pour piano. Quigley.


Mascagni : Transcriptions d'opéras pour orgue. Cognazzo.
Mascagni : Transcriptions d'opéras pour orgue. Cognazzo.


Verdi : Ouvertures d'opéras (transcriptions pour orgue). Cognazzo.
Verdi : Ouvertures d'opéras (transcriptions pour orgue). Cognazzo.

Commander ce produit

12,48 €
10,61 €
Prix catalogue : 17,83 €
INDISPONIBLE
En rupture de stock

ClicMag du mois
ClicMag n°64 - 10/2018
ClicMag n°64 - 10/2018
Infos label
Elegia
Tous les disques du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.