FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Petits prix  BRIL96256
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Luis Humberto Salgado : Les 9 symphonies. Meissner.
Classica de septembre 2021
Critique de Thomas Deschamps
Page n° 106
Format : 3 CD
Durée totale : 03:38:58

Enregistrement : 01/09/2019
Lieu : Cuenca
Pays : Equateur
Prise de son : Stereo

Label : Brilliant
Référence : BRIL96256
EAN : 5028421962566
Code Prix : DM017A

Année d'édition : 2021
Date de sortie : 07/04/2021

Genre : Classique
Luis Humberto Salgado (1903-1977)
Symphonie n° 1 "Andina"
Symphonie n° 2 "Sintética"
Symphonie n° 3 "Dans le style Rococo"
Symphonie n° 4 "Ecuatoriana"
Symphonie n° 5 "Necromantica"
Symphonie n° 6 pour cordes et timbales
Symphonie n° 7
Symphonie n° 8
Symphonie n° 9

Cuenca Symphony Orchestra
Michael Meissner, direction

Qui s’étonnera qu’enfin on découvre hors du Brésil ou du Mexique, les compositeurs d’Amérique latine ? Luis Humberto Salgado, père de la musique savante moderne en Equateur, pianiste virtuose, pédagogue renommé, est-il une bonne pioche ? Le folklore lui est une obligation, son langage serait probablement plus âpre encore, ses cuivres plus européens, s’ils n’avaient le souci de la couleur locale. Cette alliance réductrice trouvera son acmé avec la 4e Symphonie dont le Vivo pourrait être l’emblème. J’écoute sans conviction un art qui se réfugie dans son métier. Comme le souffle lui manque ! Il ne faut pas entendre quelques notes de Villa-Lobos ou de Chavez en regard…. Las, lorsque Salgado s’abstraira des contingences nationalistes, ce sera pour tomber dans l’esperanto moderniste – dodécaphonique à demi – qui régnera tardivement outre-atlantique au courant des années soixante. L’inspiration, déjà mince dans les ouvrages des années cinquante achèvera de disparaitre. L’orchestre modeste qui fait œuvre utile malgré tout, la prise de son, courte et sèche, n’aident pas à la découverte. (Discophilia - Artalinna.com) (Jean-Charles Hoffelé)

Le compositeur équatorien Luis Humberto Salgado débuta une carrière de pianiste puis de chef d’orchestre et d’enseignant. Il tenta de formaliser une musique nationale équatorienne (sous-titre de la Symphonie n° 4 “Equatorienne”) grâce à un cycle de neuf symphonies composées entre 1949 et 1975. Une musique rugueuse, cuivrée, percussive, qui associe une reconstitution du folklore avec un lyrisme évoquant aussi bien les compositeurs sud-américains de la première moitié du 20e siècle, que l’esprit de la zarzuela espagnole ! A ces sources premières s’ajoutèrent les influences du dodécaphonisme et de l’atonalité qui séduisirent une partie des compositeurs d’Amérique du Sud. Ces interprétations hautes en couleurs ne bénéficient pas d’une prise aérée et fouillée. Quant aux pupitres des vents, ils n’ont pas une justesse irréprochable… Cette intégrale d’une œuvre rare met en perspective l’évolution d’une esthétique composite qui s’est essayée à tous les genres, y compris le néoclassicisme (harpe et clavecin) dans la Symphonie n° 3 de style "Rococo" ou "Néoromantica" pour la Symphonie n° 5. La Symphonie n° 9 en un seul mouvement suggère l’influence d’un Chostakovitch. Quel patchwork de partitions ! Une affaire "à suivre" … au concert ? (Jean Dandrésy)

A nine-symphony cycle, never previously recorded: a notable first and an essential listen for fans of 20th-century symphonies. Despite being the leading composer of his native Ecuador, the name and reputation of Luis Humberto Salgado (1903-1977) has hardly travelled beyond South America, and listeners may well wonder why after sampling the powerful and individual voice at work through the course of his nine symphonies. They stretch from 1949 to 1975: works of maturity, not outlandishly but colourfully orchestrated, originally structured (the Second and Ninth each in a single movement), nationalistically inflected, especially in several of the rackety finales, yet crafted with a fastidious ear, as one would expect from a pupil, then professor, then director of the leading conservatoire in his country, based in the capital of Quito. The most overtly folkloristic of the symphonies is the First, in which each movement is based on a different indigenous style of music. The tendency to compression in Schoenberg’s First Chamber Symphony impressed Salgado deeply, and influenced the compact form of the Second, while more widely encouraging concision of thought and expression where many of his contemporaries incline to bombast and blather. However, Salgado never followed the likes of Messiaen and Boulez down the path of total serialism: dating from 1956, the Third Symphony bears a distinct key signature – D major – and intriguing subtitle: ‘written on a pentatonic scale in Rococo style’. The Fourth is another vigorous assertion of Ecuadorean and Andean character within traditional symphonic form; Salgado wrote of the Fifth that ‘In my fifth symphony, titled Neo-Romantic (of course, still unpublished), I expose the first theme with twelve-tone prosody; the descriptive idea infused with a melodic climate, consistent with the hedonistic spirit that animates this score.’ The language of the Sixth (1968) is structured like a Concerto grosso and scored for strings and timpani, in the neoclassical vein of earlier European scores by Martinu and Martin. Salgado styled the Seventh as a tribute to Beethoven on the bicentennial of his birth, but the symphony itself is strident and questing, reflecting the subject of devotion in spirit and temperament rather than pastiche. The Eighth Symphony of 1972 was composed to mark the sesquicentennial of the Battle of Pichincha, which wrested Quito and the independence of Ecuador away from their Spanish occupiers. Rather than relying on popular or even military tropes, however, Salgado continues with his mature personal style of fusing native melodic and rhythmic elements with dense, polytonal harmonies. Finally, the 12-minute Ninth makes an appropriately refined adieu, shaped around several 12-tone melodies, its exposition outlined in a mere 53 bars, and brought to a conclusion by a dense and chromatic fugato. The project to record Salgado’s symphonies for the first time has been led by the German-Mexican maestro Michael Meissner, who also contributes authoritative and detailed booklet notes on each symphony. He draws disciplined and vividly recorded performances from the Orquesta Sinfonica de Cuenca in the historic city in the south of Ecuador.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Ruehr : Lift, musique de chambre pour piano et cordes. Muresanu, Filner, Kloetzel, Bob.
Ruehr : Lift, musique de chambre pour piano et cordes. Muresanu, Filner, Kloetzel, Bob.

Geraldine Mucha : Musique de chambre. Goodson, Veverka, Machat.
Geraldine Mucha : Musique de chambre. Goodson, Veverka, Machat.

Dowland : Lachrimae. Ensemble Opera Prima, Contadin.
Dowland : Lachrimae. Ensemble Opera Prima, Contadin.


Wartime Music, vol. 16. Leonid Polovinkin : Symphonie n° 7 - Œuvres orchestrales. Titov.
Wartime Music, vol. 16. Leonid Polovinkin : Symphonie n° 7 - Œuvres orchestrales. Titov.


Messiaen : Des canyons aux étoiles. Barto, Ryan, Barclay, Öhman, Eschenbach.
Messiaen : Des canyons aux étoiles. Barto, Ryan, Barclay, Öhman, Eschenbach.


Anders Eliasson : Symphonie n° 1 - Concerto pour basson
Anders Eliasson : Symphonie n° 1 - Concerto pour basson


Delight in Musicke : Mélodies et musique instrumentale anglaises aux 16ème et 17ème siècle. Van Veldhoven, Seldom Sene.
Delight in Musicke : Mélodies et musique instrumentale anglaises aux 16ème et 17ème siècle. Van Veldhoven, Seldom Sene.


Andrea Brachfeld : Brazilian Whispers.
Andrea Brachfeld : Brazilian Whispers.


Mozart, Devienne, Dürnitz : Musique pour basson. Mainer Martin, Mur, Escartin.
Mozart, Devienne, Dürnitz : Musique pour basson. Mainer Martin, Mur, Escartin.


Bach, Piazzolla : Œuvres et transcriptions pour bandonéon. Djoric, Hoffmann.
Bach, Piazzolla : Œuvres et transcriptions pour bandonéon. Djoric, Hoffmann.


The Art of Alfred Deller.
The Art of Alfred Deller.


Chostakovitch : Concertos pour piano n° 1 et 2 - Trio pour piano n° 2. Previn, Trio Oistrakh, Bernstein.
Chostakovitch : Concertos pour piano n° 1 et 2 - Trio pour piano n° 2. Previn, Trio Oistrakh, Bernstein.


Ferdinand Ries : Quatuors pour flûte, vol. 3. Ardinghello Ensemble.
Ferdinand Ries : Quatuors pour flûte, vol. 3. Ardinghello Ensemble.


Hildegard von Bingen : Vêpres à l'Abbaye Sainte-Hildegarde d'Eibingen. Göschl.
Hildegard von Bingen : Vêpres à l'Abbaye Sainte-Hildegarde d'Eibingen. Göschl.


Pellegrini, Padovano : Intégrales de la musique pour orgue. Scandali.
Pellegrini, Padovano : Intégrales de la musique pour orgue. Scandali.


Saskia Coolen : Driftwood, A gift of Time. Coolen.
Saskia Coolen : Driftwood, A gift of Time. Coolen.


Strauss : Ariadne auf Naxos. Botha, Isokoski, Fally, Koch, Thielemann.
Strauss : Ariadne auf Naxos. Botha, Isokoski, Fally, Koch, Thielemann.


Bellini : Norma. Suliotis, Del Monaco, Cossotto, Varviso.
Bellini : Norma. Suliotis, Del Monaco, Cossotto, Varviso.

Commander ce produit

12,48 €
Prix catalogue : 17,83 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°112 - 02/2023
ClicMag n°112 - 02/2023
Infos label
Brilliant
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.