FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Petits prix  BRIL95131
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Beethoven : Intégrale des sonates pour piano, vol. 2. Bellucci.
Format : 3 CD
Durée totale : 03:50:29

Enregistrement : 2017
Lieu : La Chaux-de-Fonds
Pays : Suisse
Prise de son : Stereo

Label : Brilliant
Référence : BRIL95131
EAN : 5028421951317
Code Prix : DM013A

Année d'édition : 2020
Date de sortie : 30/09/2020

Genre : Classique
Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonate pour piano n° 11 en si bémol majeur, op. 22
Sonate pour piano n° 12 en la bémol majeur, op. 26 "Marche funèbre"
Sonate pour piano n° 13 en mi bémol majeur, op. 27 n° 1
Sonate pour piano n° 14 en do dièse mineur, op. 27 n° 2 "Au clair de lune"
Sonate pour piano n° 15 en ré majeur, op. 28 "Pastorale"
Sonate pour piano n° 16 en sol majeur, op. 31 n° 1
Sonate pour piano n° 17 en ré mineur, op. 31 n° 2 "La Tempête"
Sonate pour piano n° 18 en mi bémol majeur, op. 31 n° 3 "La Chasse"
Sonate pour piano n° 21 en do majeur, op. 53 "Waldstein"
Sonate pour piano n° 23 en fa mineur, op. 57 "Appassionata"

Giovanni Bellucci, piano

Voici Giovanni Bellucci au milieu du guet et là où précisément Beethoven libère la forme et accapare son discours par le génie. Sonates de fantaisie, sonates descriptives, tout cela le pianiste italien l’entend, mieux !, le proclame, et parfois avec des volontés de soulignements, une obsession de préciser qui le mène à des extrêmes – le premier mouvement de la Pastorale – où beaucoup ne le suivront pas. Moi oui, car il ose, et qui ose en Beethoven ne saurait avoir tout à fait tort. Le caractère qu’il donne à la Sonata quasi una fantasia – écoutez l’Allegro molto e vivace – la profusion des accents et des couleurs dans la Waldstein, l’épuisement des paysages dans la Tempête sont magnifiés par ses grands moyens, et agaceront d’autant. Mais si il y a bien des opus dans le corpus des Sonates où son art de l’excès peut se justifier, c’est ici, et irrité comme je peux l’être je me dois d’avouer qu’il a sa vision, et qu’elle est beethovénienne. Je ne m’attendais pas à céder aussi ma garde devant les Concertos, enregistrés dans le feu du concert, mais tenus dans la gangue de l’orchestre (et même ici d’un orchestre modeste), il est encore plus surprenant, et évidemment irritant dans tout l’espace singulier que lui laisse l’Empereur. Il en profite, un peu trop, mais comment ne pas l’écouter prendre son temps, et interpréter très librement, après tout il est bien possible que Liszt voyait son Beethoven ainsi. Ses idiosyncrasies sont si singulières que même dans les deux premiers Concertos l’intérêt supplante la gêne, ce qui n’est pas le cas dans un opus aussi achevé que le Quatrième où il aurait du avoir la sagesse de battre en retrait. Majeur, l’ajout au choix des cadences pour les quatre premiers Concertos qui réserve des découvertes (celle de Fauré pour l’Allegro con brio du Troisième) et achève de faire de cette intégrale certes un apport singulier dans une discographie surabondante, mais aussi une entreprise utile. (Jean-Charles Hoffelé)

The second volume of Giovanni Bellucci’s Beethoven cycle for Brilliant Classics takes the listener on a journey of six eventful years, from Op.22 of 1800 to the ‘Appassionata’ Sonata of 1806. During that time Beethoven established himself as Vienna’s pre-eminent pianist-composer. He came to regard Op.22 as the best of his ‘early’ sonatas but a sea-change in the deepening of his expression is already evident in the piano-writing of Op.26, with its funeral march ‘in memory of a hero’. There follow the remarkable formal innovations of the Op.27 pair – No.2 immortally inscribed on the popular imagination as the ‘Moonlight’ – and then the smooth, undulating rhythms of the ‘Pastorale’ Op.28. The trio of Op.31 sonatas present a study in contrasts, from the graceful profile of No.1 in G major to the sound and fury of the ‘Tempest’ No.2 and then the hectic momentum of No.3, presaging the concision of works at the end of his ‘middle’ period such as the ‘Serioso’ Quartet and the Eighth Symphony. The proportions of the two-movement Op.54 are even more tautly circumscribed, before the reach of Beethoven’s expressive range for his instrument expands to hitherto undreamt heights in the ‘Waldstein’ Op.53 and the ‘Appassionata’ Op.57. Giovanni Bellucci is among the most strikingly individual of modern pianists. Described by Italian critic Piero Rattalino as ‘a force of nature, vast and palpitating’, he cultivates an old-fashioned richness of piano timbre while still attending to the letter as well as the spirit of Beethoven’s scores. According to Le Monde, ‘he takes us back to the Golden Age of the Piano’. His recordings have been showered with prizes such as Diapason d’Or, Choc, Editor’s Choice in Gramophone, CD Maestro etc.

.  Ecrire une critique
Commander ce produit

9,60 €
Prix catalogue : 13,72 €
INDISPONIBLE
En rupture de stock

ClicMag du mois
ClicMag n°87 - 11/2020
ClicMag n°87 - 11/2020
Infos label
Brilliant
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.