FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Tacet  TACET222
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Prokofiev : Musique de chambre. Ludwig Chamber Players.
Format : 1 CD
Durée totale : 01:17:12

Enregistrement : 2016
Lieu : Kirchheim unter Teck
Pays : Allemagne
Prise de son : Stereo

Label : Tacet
Référence : TACET222
EAN : 4009850022206
Code Prix : DM019A

Année d'édition : 2016
Date de sortie : 29/06/2016

Genre : Classique
Serge Prokofiev (1891-1953)
Ouverture sur des thèmes juifs, op. 34, pour clarinette et quintette pour piano
Quintette en sol mineur, op. 39
Sonate pour violoncelle en do dièse mineur, op. 134
Visions fugitives, op. 22 (arr. Pour ensemble de chambre de M. Ucki)
Sonate pour violon seul en ré majeur, op. 115
Humoresque Scherzo, op. 12b, pour 4 bassons

Ludwig Chamber Players
Swing Fagottett

Serge Prokofiev a composé peu de musique de chambre et ce sur un laps de temps assez court (entre 1910 et 1920) mis à part le Quatuor à cordes (1930) et quelques sonates isolées. Cette partie de l’oeuvre est pourtant révélatrice de la diversité d’expressions et d’humeurs du compositeur. Les pièces pour ensemble s’inscrivent plutôt dans le registre léger, goguenard, ironique ou bouffon, mais dénotant aussi une volonté révolutionnaire subversive (empruntée au mouvement futuriste). Grand orchestrateur, Prokofiev explore avec autant de facétie que d’ingénuité l’idiome de chaque instrument. Les bassons dans l’Humoresque, la clarinette volontiers Klezmer dans l’Ouverture sur des thèmes hébreux avec quintette et piano, toute nimbée d’une chantilly légère. Les visions Fugitives (1915 -1917) sont ici arrangées par M. Ucki pour petit orchestre. Partition très planifiée ou chaque bref numéro d’une brièveté spectrale donne lieu à un traitement instrumental quasi chirurgical, particulièrement suggestif. Le Quintette opus 39 est une commande du chorégraphe Romanov sur le thème du cirque. Les sept numéros écrits pour hautbois, clarinette et violon alto et contrebasse illustrent avec autant de fantaisie que d’imagination, la parade (Faux orgue de barbarie (Adagio pesante), instabilité tonale et pirouettes rythmiques). Les deux autres sonates sont de tonalité sombre et quasi lugubre. L’op. 134 pour violoncelle, entre ressassement plaintif et chant bridé, est laissé inachevé avec la mort du compositeur. La sonate pour violon (Commande du Comité soviétique pour les Arts) déploie un chant plus ample, enjolivé par des mélodies carrées et d’un lyrisme brut mais la tonalité implicite en est résignée, maussade, grisâtre, rétive à toute couleur. Interprétation plus nuancée (admirable techniquement) qu’engagée des musiciens du Ludwig Chamber Players. (Jérôme Angouillant)

Alors que Prokofiev explorait tous les moyens de faire imploser l’orchestre mieux que Stravinski ne l’avait fait avec le Sacre, il perfectionnait son langage dans la musique de chambre, y osant souvent des formations atypiques. Entre New-York et Paris, ses folles années vingt le montre au sommet de son art, audacieux et quasiment insaisissable. C’est la part essentielle de cet album que les Ludwig Chamber Players ouvrent avec une lecture plus tendre que brillante de "l’Ouverture sur des thèmes juifs", cherchant plus l’évocation que le trait typique. C’est bien vu, équilibré, subtil, mais cela "romantise" un rien trop l’œuvre. Les interprètes songent-ils à la stature de Simeon Bellison, clarinette du New-York Philharmonic qui commanda l’œuvre à Prokofiev en 1919 ? Probable. Cinq ans plus tard, dans l’atmosphère grisante de Paris, Prokofiev produit cette fois un chef d’œuvre, le Quintette en sol mineur pour hautbois, clarinette, violon, alto et contrebasse. La musique juive ne l’a pas quitté comme le montre le premier thème, mais Prokofiev la maltraite, et d’ailleurs toute l’œuvre est parcourue de résonances acides, piqués de dissonances, c’est une musique cubiste, qu’on croirait écrite pour un tableau de Juan Gris ou de Picasso. Les Ludwig se gardent de forcer le trait, et c’est tant mieux : l’œuvre parait dans toute son étrangeté, pas si loin que cela des "Visions fugitives" dans l’orchestration précise de Ucki, une réussite peu courue au disque et ici magnifiquement défendue. Retour en URSS, tout change : la Sonate pour violon seul, faussement heureuse, chante sans grandeur pour donner le change : Kei Shirai la joue d’un archet plein et leste, sans en cacher le premier degré. Le disque se referme sur une désopilante "Humoresque" pour quatre bassons dont Stravinski n’aurait pas renié l’humour, mais en son centre il referme une page bouleversante : tout ce qui reste d’une Sonate pour violoncelle solo commencée en 1952 à l’intention de Mstislav Rostropovitch, confession désarmante, déchirante, jusque dans ses instants de danse, que l’archet de Gen Yokosaka joue d’une seule ligne (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

The clarinetist Dirk Altmann came to me and asked if I would like to record Sergei Prokofiev's Quintet. Yes I would, because I know the Ludwig Chamber Players from other recordings, and know how good they are. But what to record with it? The Quintet only lasts a quarter of an hour. What other chamber music is there by Prokofiev? So we went on the search. What came out of it is this kaleidoscope of Prokofiev's chamber music output, together with a beautiful new instrumentation of the "Visions Fugitives" for 10 instruments under the pseudonym of M. Ucki. Few composers have been so capricious, stylistically as well as compositionally. Uninhibited boldness, such as the same melody line played simultaneously on different instruments, only with different phrasing, alternating with apparently conventional elements. Places of breathtaking virtuosity and boldness on the one side contrasting with enraptured, tender and melancholic moods on the other from a man who was probably always caught between two stools and wasn't entirely at home anywhere. A cosmopolitan ahead of his time. And always these new, strange harmonies and this typically sarcastic?, resigned?, relentless? rhythm that fits so well with 20th century Russian history. An adventure.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Scelsi Edition, vol. 5 : Quatuors à cordes. Quatuor Arditti, Brizzi.
Scelsi Edition, vol. 5 : Quatuors à cordes. Quatuor Arditti, Brizzi.

Dvorák : Mélodies. Peckova, Gage.
Dvorák : Mélodies. Peckova, Gage.

Weinberg, Bloch : Quintettes pour piano. Majerova, Quatuor Stamic.
Weinberg, Bloch : Quintettes pour piano. Majerova, Quatuor Stamic.


Alessandro Stradella : San Giovanni Crisostomo, oratorio. Harmonices Mundi, Astronio.
Alessandro Stradella : San Giovanni Crisostomo, oratorio. Harmonices Mundi, Astronio.


Stravinski : Pétrouchka - Symphonie pour vents - Orpheus. LPO, Jurowski.
Stravinski : Pétrouchka - Symphonie pour vents - Orpheus. LPO, Jurowski.


Felix Nowowiejski : Quo Vadis, oratorio. Kurzak, Rucinski, Siwek, Szumski, Bialic, Sulkowski.
Felix Nowowiejski : Quo Vadis, oratorio. Kurzak, Rucinski, Siwek, Szumski, Bialic, Sulkowski.


Glinka : Musique de chambre. Consortium Classicum.
Glinka : Musique de chambre. Consortium Classicum.


Federico Garcia Lorca : Canciones espaniolas y un poema. Alvarez, Catala.
Federico Garcia Lorca : Canciones espaniolas y un poema. Alvarez, Catala.


Antonio Rosetti : Concerto pour piano - Deux symphonies. Veljkovic, Moesus.
Antonio Rosetti : Concerto pour piano - Deux symphonies. Veljkovic, Moesus.


Sir William Walton : Concerto pour violon - Œuvres orchestrales. Marwood, Brabbins.
Sir William Walton : Concerto pour violon - Œuvres orchestrales. Marwood, Brabbins.


Otakar Ostrcil : Le Royaume d'Honza, opéra. Koci, Zidek, Vymazalova, Veverka, Jiracek.
Otakar Ostrcil : Le Royaume d'Honza, opéra. Koci, Zidek, Vymazalova, Veverka, Jiracek.


Sigmund von Hausegger : Œuvres symphoniques, vol. 3. Hermus.
Sigmund von Hausegger : Œuvres symphoniques, vol. 3. Hermus.


Verdi : I due Foscari. Domingo, Meli, Pirozzi, Isotton, Concetti, Mariotti, Hermanis.
Verdi : I due Foscari. Domingo, Meli, Pirozzi, Isotton, Concetti, Mariotti, Hermanis.


Telemann : Concertos pour instruments variés, vol. 4. La Stagione, Schneider.
Telemann : Concertos pour instruments variés, vol. 4. La Stagione, Schneider.


Howard Skempton : The Rime of the Ancient Mariner - Only the Sound Remains. Williams, Yates, Brabbins.
Howard Skempton : The Rime of the Ancient Mariner - Only the Sound Remains. Williams, Yates, Brabbins.


Max Reger : Préludes, fugues et chaconne pour violon seul, op. 117. Eggebrecht.
Max Reger : Préludes, fugues et chaconne pour violon seul, op. 117. Eggebrecht.


Ravel : Œuvres pour piano. Koroliov, Duo Koroliov.
Ravel : Œuvres pour piano. Koroliov, Duo Koroliov.


Cipriani Potter : Concertos pour piano. Shelley.
Cipriani Potter : Concertos pour piano. Shelley.

Commander ce produit

13,92 €
Prix catalogue : 19,90 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°55 - 12/2017
ClicMag n°55 - 12/2017
Infos label
Tacet
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.