FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Challenge Classics  CC72599
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Oscillations. Beethoven, Stravinski : Œuvres pour piano. Yarden.
Format : 1 CD
Durée totale : 01:09:51

Enregistrement : 23/10-04/11/2012
Lieu : Markkleeberg
Pays : Allemagne
Prise de son : Stereo

Label : Challenge Classics
Référence : CC72599
EAN : 0608917259926
Code Prix : DM021A

Année d'édition : 2013
Date de sortie : 06/09/2013

Genre : Classique
Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonate pour piano n° 10 en sol majeur, op. 14/2
Sonate pour piano n° 6 en fa majeur, op. 14/2
Onze bagatelles, op. 119
n° 1 en sol mineur
n° 2 en do majeur
n° 3 en ré majeur
n° 4 en la majeur
n° 5 en do mineur
n° 6 en sol majeur
n° 7 en do majeur
n° 8 en do majeur
n° 9 en la mineur
n° 10 en la majeur
n° 11 en si bémol majeur

Igor STRAVINSKI
Sonate pour piano
Les Cinq Doigts
Valse pour les enfants
Piano-Rag-Music
Tango

Einav Yarden, piano

Même si Beethoven et Stravinski ont des langages esthétiques très différents, ils ont au moins un point commun : leur art n’a pas cessé d’évoluer et ils ont souvent innové. La sonate n° 6 pour piano de Beethoven n’est pas éloignée, par l’esprit, d’un certain Haydn, - le Haydn de la bonne humeur et des saillies savoureuses. La sonate n° 10, quant à elle, atteint une sorte de liberté radieuse, tant par sa thématique que dans sa construction. Toute aussi exubérante, la sonate de 1924 de Stravinski a été nommée ainsi sans vouloir, toutefois, lui donner la forme classique. La seconde partie du programme propose de courtes pièces des deux compositeurs. Celles de Stravinski sont des petits riens de circonstance, des pochades délicieuses. Enfin, avec les Onze Bagatelles opus 119, qualifiées par Beethoven de « faciles et agréables », l’auditeur pénètre déjà dans l’univers schubertien. La pianiste Einav Yarden joue à fond la carte d’un Beethoven aimable et enjoué. Cette option est défendue avec chaleur et précision. Dans Stravinski, elle sait faire preuve d’humour, de malice. (Patrick Guettman)

The pianist Einav Yarden juxtaposes two composers in Ludwig van Beethoven (1770-1827) and Igor Stravinsky (1882-1971) who are rarely named in one breath. While the name of Beethoven is mostly heard in the “classical triad” along with Haydn and Mozart, we usually group Stravinsky with Schönberg, especially as Theodor W. Adorno pronounced the two composers as antipodes and hence associated one with the other. But Beethoven and Stravinsky? For Beethoven, the piano was a central instrument, which gave him the opportunity of shining equally both as composer and pianist. Five piano concertos, 32 sonatas, numerous variation works, bagatelles, individual pieces etc. demonstrate the purely numerical significance of the piano for Beethoven. In direct comparison, Igor Stravinsky’s œuvre for piano is quickly browsed through. Three works for piano and orchestra, the sonata of 1924, some early works, etudes, barely a dozen individual pieces, some works for two pianos. But despite this rather sparse œuvre, the piano was a central instrument also for Stravinsky. “Every note I wrote,” said Stravinsky, “was tried out on this instrument, every interval singly tested, heard again and again.” And Stravinsky, too, wrote piano works for himself to perform in the concert hall. particularly after 1920.

.  Ecrire une critique
Commander ce produit

15,36 €
Prix catalogue : 21,95 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°54 - 11/2017
ClicMag n°54 - 11/2017
Infos label
Challenge Classics
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.