FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Lyrique  OABD7204D
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Mozart : L'Enlèvement au sérail. Matthews, Montvidas, Kehrer, Eriksmoen, Ticciati, McVicar.
Diapason de janvier 2017
Critique de Jean-Philippe Grosperrin
Page n° 119
Format : 1 Blu-ray Disc
Durée totale : 02:48:00

Enregistrement : 01/10/2015
Lieu : Glyndebourne
Pays : Royaume-Uni
Prise de son : Live / 2.0LPCM 16-bit stereo + 5.1 DTS HD Master Audio
Rapport de forme : 1080p High Definition
Sous-titres : EN, FR, DE, JP, KO

Label : Opus Arte
Référence : OABD7204D
EAN : 0809478072041
Code Prix : DM042

Année d'édition : 2016
Date de sortie : 29/06/2016

Genre : Classique
Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
L'Enlèvement au sérail, K. 384 (Die Entführung aus dem Serail), singspiel en 3 actes

Sally Matthews
Edgaras Montvidas
Tobias Kehrer
Mari Eriksmoen
Brenden Gunnell
Franck Saurel
Chœur du Festival de Glyndebourne
Orchestra of the Age of Enlightenment
Robin Ticciati, direction
David McVicar, mise en scène

L’Enlèvement au Sérail, cet opéra de tous les possibles écrit par un Mozart de 26 ans, n’en finit pas de titiller les metteurs en scène. Le décor de l’intrigue – la Turquie du XVIIe siècle – les autorise un peu vite à y transporter les scories de l’actualité, Djihad compris. Pour l’édition 2015 du Festival de Glyndebourne, David McVicar s’est bien gardé de polluer le propos de Mozart ni d’ailleurs d’en déformer la musique comme l’a hélas fait Wajdi Mouawad tout récemment à l’Opéra de Lyon, seul bémol d’une production dont l’esprit d’ailleurs n’est pas si loin que cela de celui de McVicar. Le metteur en scène écossais transpose l’action d’un siècle : on est à l’époque de Mozart, est bien dans un sérail ottoman, les décors sont prodigieux, la direction d’acteur d’une finesse dans la fantaisie comme dans la farce, dans la sensualité comme dans la terreur, est portée par une fluidité de l’action scénique permise par tout un ensemble de portes, de panneaux et de moucharabiés amovibles. Les éclairages sont magiques, le spectacle envoutant de bout en bout. Comme chez tant de ses confrères, McVicar concentre son attention sur celui « qui ne chante pas » : le Pacha Selim, génialement joué par Franck Saurel, est un enfant du Siècle des Lumières : il entre sur une des musiques les plus magiques jamais écrite par Mozart, l’Adagio de la Gran Partita. Lorsque Konstanze se prépare aux tortures promises en chantant « Marten alle Arten », c’est lui qui souffre et tremble. Fascinant, tout comme la distribution assemblée ici à commencer par l’Osmin irrésistible de Tobias Kehrer ou Edgaras Montvidas mettant tant de passion et de caractère à son Belmonte qu’il en oublie parfois toute grâce mozartienne, mais quelle voix, quel élan ! Fabuleuse la Blonde de Mari Eriksmoen, quasiment princier dès qu’il chante le Pedrillo de Brenden Gimmell, plus héroïque de timbre qu’à son tour ; mais je n’ai d’yeux et d’oreilles que pour le Konstanze de Sally Matthews, ses trilles blonds, ses vocalise liquides, ses mots défaits, sa terreur rayonnante, ses coloratures incendiaires. Robin Ticciati, la coqueluche de Glyndebourne, mène sa troupe avec panache, mais c’est David McVicar qui a le dernier mot : au final il nous montre Selim entouré par la tendresse de ses enfants, sauvé de lui-même. Magnifique Enlèvement (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

Director David McVicar’s original-period vision for this Mozartian gem allows its genius to speak for itself, offering a ‘mesmerising, sensitive … outstanding’ portrayal of Enlightenment-era fascination with the East that is both ‘exquisitely acted and sung’, featuring a Konstanze and a Belmonte sung with ‘finesse and bravura’ and a ‘sensationally voiced’ Osmin (The Guardian *****). Comic relief in Glyndebourne’s ‘brilliant production’ is provided by ‘beautifully sung live-wire performances’ of Pedrillo and Blonde, and Robin Ticciati leads the Orchestra of the Age of Enlightenment through a restored, authentic rendition of the critical score with ‘lovely fizz’ and ‘poignant gravitas’ (The Independent). Filmed in High Definition and recorded in true Surround Sound.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
The Royal Ballet : Viscera - Carmen - Après-midi d'un faune - Tchaikovski pas de deux
The Royal Ballet : Viscera - Carmen - Après-midi d'un faune - Tchaikovski pas de deux

Leopold I : Paradisi Gloria, musique sacrée. Cappella Murensis, Les Cornets Noirs, Strobl.
Leopold I : Paradisi Gloria, musique sacrée. Cappella Murensis, Les Cornets Noirs, Strobl.

Onslow : Quintette La Balle. Thiollier, Monsolo.
Onslow : Quintette La Balle. Thiollier, Monsolo.


Haendel : Saul, oratorio. Purves, Davies, Crowe, Bevan, Hulett, Bolton, Kosky.
Haendel : Saul, oratorio. Purves, Davies, Crowe, Bevan, Hulett, Bolton, Kosky.


Bruckner : Symphonie n° 5. Skrowaczewski.
Bruckner : Symphonie n° 5. Skrowaczewski.


Lehár : Giuditta, opérette. Libor, Schukoff, Scherwitzl, Simon, Schirmer.
Lehár : Giuditta, opérette. Libor, Schukoff, Scherwitzl, Simon, Schirmer.


Johann Rosenmüller : Vespro della beata Maria Vergine. Breiding.
Johann Rosenmüller : Vespro della beata Maria Vergine. Breiding.


Max Reger : Trois Motets, op. 110. Bernius.
Max Reger : Trois Motets, op. 110. Bernius.


Donizetti : Poliuto. Fabiano, Martinez, Golovatenko, Rose, Mazzola, Clément.
Donizetti : Poliuto. Fabiano, Martinez, Golovatenko, Rose, Mazzola, Clément.


Mozart, Beethoven : Quintettes pour piano et vents. Höhenrieder. Die Freitagsakademie.
Mozart, Beethoven : Quintettes pour piano et vents. Höhenrieder. Die Freitagsakademie.


Alessandro Stradella : San Giovanni Crisostomo, oratorio. Harmonices Mundi, Astronio.
Alessandro Stradella : San Giovanni Crisostomo, oratorio. Harmonices Mundi, Astronio.


Mozart : Airs d'opéras. Schreier, Suitner.
Mozart : Airs d'opéras. Schreier, Suitner.


Benjamin Godard : Oeuvres pour piano
Benjamin Godard : Oeuvres pour piano


Christiane Karg : Portrait. Arias et lieder choisis.
Christiane Karg : Portrait. Arias et lieder choisis.


Rimski-Korsakov : La demoiselle des neiges
Rimski-Korsakov : La demoiselle des neiges


Alexandre Borodine : Prince Igor
Alexandre Borodine : Prince Igor


Haendel : Intégrale de l'œuvre pour clavecin. Borgstede, Loreggian.
Haendel : Intégrale de l'œuvre pour clavecin. Borgstede, Loreggian.

Commander ce produit

30,72 €
Prix catalogue : 43,90 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°62 - 07/2018
ClicMag n°62 - 07/2018
Infos label
Opus Arte
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.