FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Hänssler Classic  HAN94204
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Leopold Stokowski dirige Blacher, Prokofiev, Milhaud, Egk, Wagner
Diapason de décembre 2009
Critique de Rémy Louis
Page n° 118
Format : 2 CD
Durée totale : 02:20:47
Pays : Allemagne

Label : Haenssler Classic
Référence : HAN94204
EAN : 4010276021520

Année d'édition : 2009

Genre : Classique
Boris Blacher (1903-1975)
Variation orchestrale sur un thème de Paganini , op.26

Serge Prokofiev (1891-1953)
Romeo et Juliette suite n°3 , op.101

Darius Milhaud (1892-1974)
Concerto pour percussion et petit orchestre

Werner Egk (1901-1983)
Suite française d’après Rameau pour grand orchestre

Richard Wagner (1813-1883)
Vorspiel et Isolds Liebestod tiré de Tristan et Isolde

Modest Moussorgski (1839-1881)
Intermezzo de la Khovanshchina

Piotr Illyitch Tchaikovski (1840-1893)
Symphonie n° 5 en mi mineur, op.64

Orchestre Symphonique De La Radio De Baden Baden Et Fribourg
Orchestre Symphonique De La Radio Swr De Stuttgart
Leopold Stokowski, direction.

DDD 127:04
Livret Anglais - Allemand

En 1998, la création de la SWR (Südwestrundfunk) a consacré la fusion au sein d’une même structure de la SWF (Südwestfunk, Baden-Baden) et de la SDR (Süddeustscher Rundfunk, Stuttgart), tout en maintenant l’identité de leurs orchestres respectifs: le premier devint alors le SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, tandis que le second prit le nom de Radio-Sinfonieorchester Stuttgart des SWR. Leopold Stokowski, alors septuagénaire, avait été invité à diriger chacune de ces deux formations au milieu des années 1950, ce dont rendent comptent respectivement les deux disques de cet album, témoignages de concerts publics, selon les indications fournies par la notice (en allemand et en anglais).

Le doute est toutefois permis pour le premier disque, dont l’essentiel semble avoir été réalisé en studio et dont le programme rappelle opportunément que Stokowski fut un grand défenseur de la musique de son temps. Dès 1954 à Baden-Baden, il avait choisi de donner les Variations Paganini (1947), en présence de Boris Blacher. Malgré des imperfections instrumentales, assez surprenantes de la part de musiciens qui travaillaient alors avec Hans Rosbaud, le chef britannique frappe par sa manière de lancer soudain de formidables coups de patte, élans qu’on retrouve l’année suivante dans trois extraits de Roméo et Juliette (1935) de Prokofiev. Parmi les Suites que le compositeur a tirées de son ballet, il ne s’agit pas ici, contrairement à ce que précise le livret, de l’intégralité de la Troisième (1946), mais de seulement deux de ses six pièces, auxquelles s’ajoute «Roméo sur la tombe de Juliette», dernier des sept numéros de la Deuxième suite (1936). Si une grande partie de l’album a déjà été édité sous d’autres étiquettes, tel n’est pas le cas des deux œuvres suivantes, où Stokowski se montre parfaitement à son avantage: énergique et expressif dans le bref Concerto pour batterie (1930) de Milhaud, l’une de ses toutes meilleures pages, et d’une verve néoclassique dans la Suite française (1949) de Werner Egk, que Fricsay enregistrait la même année pour Deutsche Grammophon.

Du point de vue du répertoire, le second disque (Stuttgart, 1955) est moins intéressant, car Stokowski a laissé par ailleurs bon nombre d’autres interprétations de ces pages qui étaient pour lui autant de chevaux de bataille. Prélude et Mort d’Isolde (1865) de Wagner tangue aussi bien techniquement et qu’esthétiquement, regardant un tantinet vers Hollywood, mais est poussé parfois jusqu’au délire par une inspiration sans cesse en éveil. L’Intermezzo de Khovantchina (1881) de Moussorgski offre des couleurs sauvages et âpres, dans une orchestration effectuée par Stokowski lui-même, qui n’hésite pas non plus à retoucher la Cinquième symphonie (1888) de Tchaïkovski, œuvre fétiche entre toutes. Tantôt démiurge, tantôt démagogue, il en livre une interprétation d’un autre temps, assumant pleinement sa subjectivité visionnaire, animée par de violents contrastes, aux tempi et aux phrasés fluctuant sans cesse: hystérie et sentimentalisme se déploient généreusement, mais malgré de nombreux accrocs instrumentaux et d’un stop and go excessif dans la Valse, on en redemande, tellement tout cela est conduit avec persuasion et autorité.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Malko N. / Tchaikovski : Symphonie n° 4 et Ouverture 1812. Weber : Ouverture Oberon.
Malko N. / Tchaikovski : Symphonie n° 4 et Ouverture 1812. Weber : Ouverture Oberon.

Puccini Triple : La Bohème, Tosca, Turandot
Puccini Triple : La Bohème, Tosca, Turandot

Beethoven : Léonore. Moser, Cassilly, Adam, Donath, Blomstedt.
Beethoven : Léonore. Moser, Cassilly, Adam, Donath, Blomstedt.


The Koroliov Series, vol. XV : Franz Schubert.
The Koroliov Series, vol. XV : Franz Schubert.


Wagner : Bayreuth Edition
Wagner : Bayreuth Edition


Beethoven : Concertos pour piano n° 1 et 2. Gilels, Vandernoot.
Beethoven : Concertos pour piano n° 1 et 2. Gilels, Vandernoot.


Koechlin : Magicien Orchestrateur. Orchestration d'œuvres de Debussy, Fauré, Schubert et Chabrier. Holliger.
Koechlin : Magicien Orchestrateur. Orchestration d'œuvres de Debussy, Fauré, Schubert et Chabrier. Holliger.


Wagner : Rienzi. Svanholm, Ludwig, Berry, Krips.
Wagner : Rienzi. Svanholm, Ludwig, Berry, Krips.


Ravel : Les œuvres orchestrales, vol. 1. Denève.
Ravel : Les œuvres orchestrales, vol. 1. Denève.


Ravel : Œuvres orchestrales, vol. 2. Denève.
Ravel : Œuvres orchestrales, vol. 2. Denève.

Commander ce produit

13,92 €
Prix catalogue : 19,90 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°55 - 12/2017
ClicMag n°55 - 12/2017
Infos label
Haenssler Classic
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.