FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Lyrique  OA1243D
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Kenneth MacMillan : Anastasia, ballet. Osipova, Nuñez, Bonelli, Watson, Hewett.
Format : 1 DVD Vidéo
Durée totale : 02:07:00

Enregistrement : 2016
Pays : Royaume-Uni
Prise de son : LPCM 2.0 + DTS Digital Surround
Format d'image : NTSC
Rapport de forme : 16:9 Anamorphic

Label : Opus Arte
Référence : OA1243D
EAN : 0809478012436
Code Prix : DM034B

Année d'édition : 2017
Date de sortie : 04/10/2017

Genre : Classique
Kenneth MacMillan (1929-1992)
Anastasia, ballet en 3 actes sur des musiques de Tchaikovski et Martinu

Natalia Osipova (Anastasia/Anna Anderson)
Marianela Nuñez (Mathilde Kschessinska)
Federico Bonelli (Partenaire de Mathilde)
Edward Watson (Le mari)
Thiago Soares (Raspoutine)
Christina Arestis (Tsarine Alexandra Feodorovna)
Christopher Saunders (Tsar Nicolas II)
The Royal Ballet
Orchestre du Royal Opera House
Simon Hewett, direction
Kenneth MacMillan, chorégraphie

C’est entendu, « Anastasia », la grande chorégraphie que Kenneth MacMillan créa au Deutsche Oper de Berlin en 1965 – il était en délicatesse avec le Royal Opera Ballet et avait accepté l’invitation de son ami John Cranko – est le chef d’œuvre de ce chorégraphe majeur, apogée de son style néo-classique qui remettait à l’honneur le genre narratif. On sait que son style aura fait depuis flores. Reprenant son ballet à Covent Garden en 1971, Macmillan en étendit considérablement les proportions au point que dans cette nouvelle mouture le spectacle original état tout entier resserré dans le troisième acte qui a d’ailleurs conservé les musiques électroniques composées à l’occasion par le Studio sonore de l’Université de Berlin Ouest. Le projet de son grand ballet était enfin achevé. Sa recréation à Covent Garden en novembre 2016 fit justement sensation. Le sujet, qui plonge le spectateur dans la Russie de Nicolas II, et plus encore son héroïne, Anna Anderson, qui se prétendit être la Grande Duchesse Anastasia ayant survécue à la liquidation des Romanov par les bolchéviques, assurèrent à l’œuvre dès sa première une réputation sulfureuse qui fascina le public. Avec le recul du temps, et grâce à cette reprise, on aperçoit enfin la perfection expressive à laquelle était parvenu son art, et Deborah Macmillan qui a assuré la renaissance du spectacle souligne à loisir celle-ci par des gestes qui disent tout de l’émotion des personnages, même si elle semble accentuer une certaine forme d’expressionisme qui n’était peut-être pas si flagrant dans l’original. La captation précise de Ross MacGibbon n’est pas pour peux dans la lisibilité de l’action comme des sentiments qui est flagrante tout au long de ce DVD. La syntaxe chorégraphique en est admirablement rendue, ponctuée de portés périlleux, le spectacle est toujours aussi palpitant que ce soit à la Cour Impériale où pour les tableaux de la Révolution documentés par la projection d’images du film « Du Tsar à Staline », et les danseurs se sentent investis d’une mission supérieure : le Nicolas II de Christopher Saunders est de bout en bout superbe (même si Derek Rencher, qui alternait lors de cette production, était d’une beauté plus troublante) Thiago Soares inquiétant et impérieux Raspoutine, les Grandes Duchesses toutes exemplaires de caractérisation, mais c’est Natalia Osipova, venue du Bolchoï pour s’approprier le rôle d’Anastasia qui vous stupéfiera d’abord. Quel personnage ! Dans la fosse Simon Hewett dirige Martinu aussi bien que Tchaïkovski, racontant par les notes l’histoire fabuleuse et tragique qui se déroule en scène. Et maintenant, espérons que Covent Garden n’attendra pas vingt ans avant de revoir « Anastasia » qui n’y avait plus reparue depuis…1996 (Discophilia - Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

Royal Ballet Principal Natalia Osipova dances the title role in Kenneth MacMillan’s haunting ballet, to atmospheric music by Tchaikovsky and Martinu. Anastasia tells the story of Anna Anderson who, following the Russian Revolution and the murder of the royal family, claimed she was the surviving Grand Duchess Anastasia. Many believed her to be an imposter; others hoped she was Anastasia, a remnant of a lost world. A powerful, psychological challenge for the lead dancer, Anastasia explores one of the great historical mysteries of the 20th century, only recently solved, and the distorting mirror of memory, time and place.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Alkan Edition. Hoogland, Maltempo, Martin, Bellucci, Bowyer.
Alkan Edition. Hoogland, Maltempo, Martin, Bellucci, Bowyer.

The Royal Opera Collection.
The Royal Opera Collection.

Mozart : Lucio Silla. Spicer, Ruiten, Crebassa, Kalna, Sementazo, Minkowski, Pynkoski.
Mozart : Lucio Silla. Spicer, Ruiten, Crebassa, Kalna, Sementazo, Minkowski, Pynkoski.


Bellini : Norma. Yoncheva, Calleja, Ganassi, Pappano, Ollé.
Bellini : Norma. Yoncheva, Calleja, Ganassi, Pappano, Ollé.


Franco Faccio : Hamlet, opéra. Cernoch, Sgura, Dan, Kaiser, Carignani, Tambosi.
Franco Faccio : Hamlet, opéra. Cernoch, Sgura, Dan, Kaiser, Carignani, Tambosi.


Berlioz : Béatrice et Bénédict (Glyndebourne). D'Oustrac, Appleby, Sly, Karthaüser, Lhote, Manacorda, Pelly.
Berlioz : Béatrice et Bénédict (Glyndebourne). D'Oustrac, Appleby, Sly, Karthaüser, Lhote, Manacorda, Pelly.


Edition Georg Friedrich Haendel
Edition Georg Friedrich Haendel

Commander ce produit

25,08 €
Prix catalogue : 35,84 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°55 - 12/2017
ClicMag n°55 - 12/2017
Infos label
Opus Arte
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.