FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Carus-Verlag  CAR83253
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Heinrich Schütz : Passion selon Saint Luc - Les sept dernières paroles du Christ. Rademann.
Diapason de octobre 2013
Critique de Sophie Roughol
Page n° 106
Format : 1 CD
Durée totale : 01:11:06

Enregistrement : 17-21/04/2012
Lieu : Radeberg
Pays : Allemagne
Prise de son : Eglise / Stereo

Label : Carus
Référence : CAR83253
EAN : 4009350832534
Code Prix : DM021A

Année d'édition : 2013
Date de sortie : 11/02/2013

Genre : Classique
Heinrich Schütz (1585-1672)
Les Sept dernières paroles du Christ en croix, SWV 478
Erbarm dich mein, o Herre Gott, SW 477
Passion selon Saint Luc, SWV 480

Ulrike Hofbauer, soprano
Stefan Kunath, alto
Jan Kobow, ténor
Tobias Mäthger, ténor
Felix Rumpf, basse
Felix Schwandtke, basse
The Sirius Viols
Hille Perl, viole de gambe
Lee Santana, théorbe
Ludger Rémy, orgue
Dresdner Kammerchor
Hans-Christoph Rademann, direction

Heinrich Schütz est un peu un fils germanique de Monteverdi. Pétri de dogme luthérien, il a passé la seconde partie de sa vie à adapter les textes sacrés à travers, outre de la musique spirituelle pour chœur (Symphonia Sacrae, Geistlische Chormusik), un Requiem (le Musikalische Exequien), un Oratorio de Noël et trois Passions.
« Les Sept paroles du Christ en Croix » est une œuvre de la maturité de Schütz. Même si elle dotée d’un continuo et d’une symphonia, cette œuvre sublime mais austère, entre oratorio et passion, témoigne d’une humilité, d’une sagesse, d’un détachement à l’égard du monde. Comme l’indique son incipit : « Si tu vis pour le monde tu es mort, et tu infliges au Christ une grande douleur, mais si tu meurs dans ses blessures sanglantes, Il vivra dans ton cœur. » L’introduction, en forme de motet, reprend le choral de la Passion. La symphonia, intime et d’un pathétisme délicat, fait appel à un consort de violes. Vient la fameuse scène du Golgotha où les évangélistes, au nombre de quatre se partagent la tâche d’annoncer les péripéties du drame, aidés d’un continuo, orgue, théorbe et viole de gambe. Chaque parole est ainsi mise en scène par le texte musical, vécue, ressentie dans l’échange entre Jésus, l’évangéliste et les protagonistes. Entre chaque intervention, Schutz joue de l’effet explicite des silences, accentuant encore le drame dans le « All ist volbracht. » Symphonia et motet concluent l’œuvre par l’annonce rédemptrice de la grâce divine.
La « Passion selon Saint Luc » est une vaste page (50 minutes) qui comporte un long récitatif de l’évangéliste, l’intervention de Jésus, entrecoupés de différents personnages dont la foule personnifiés par le chœur. Ces alternances visent à rompre la monotonie du récit et à dynamiser le discours par le jeu du dialogue des voix car tout ceci se passe d’accompagnement instrumental. Reste un motet, magnifique, pour voix de soprano : « Erbarm dich mein » enregistré ici en première mondiale.
Dans toute interprétation des œuvres de Schütz, il y a nécessité d’opérer une fusion entre la musique et le texte. Etant donné l’économie des moyens musicaux mis en œuvre dans ces pages ; chaque motif, chaque inflexion, chaque silence, est essentiel à la compréhension et à l’expression de cette musique.
Sixième volume d’une intégrale en cours, ce disque permet à Hans Christof Rademann et son Dresden Kammerchor de suivre les traces laissées par les précédents volumes. Il aborde ces œuvres de la même façon, à la fois très rigoureuse et en même temps, soucieuse d’exprimer par ces chanteurs et chanteuses une certaine sensualité pas forcément attendue. Bien sûr, il y ici le mode grégorien au départ mais si Rademann le respecte exactement, il sait aussi faire vibrer les émotions de la foule, mettre en scène chaque phase de la dramaturgie, exalter la beauté du chant de chaque tessiture. Les ténors sont impeccables dans leur rôle de récitant, particulièrement Jan Kobow que l’on retrouve ici dans deux emplois : Evangéliste et Jésus. Toujours juste, son chant a assez de ressources pour tenir sa partie tout au long de la Passion. On notera aussi dans des rôles moins idiomatiques, les deux sopranos radieux de Ulrike Hofbauer et de Marie Luise Wernebug. Une douce et belle lumière irradie de ce disque comme celle d’un tableau de Filippo Lippi. On attend le septième volume. (Jérôme Angouillant)

Le sixième volume de l'intégrale Schütz par le Dresdner Kammerchor et Hans-Christoph Rademann présente trois œuvres fascinantes pour le temps de Pâques. La Passion selon Saint Luc SWV 480 déroule un panorama qui invite à l'observation silencieuse et intense de la Passion de Jésus. Les paroles de l'évangéliste Luc sont chantées sans accompagnement, dans une réduction savante des moyens musicaux. Les chœurs se détachent de la récitation, dynamisent et émotionalisent le scénario, fulminent, implorent, questionnent, enragent – Schütz crée ainsi une sorte de pièce radiophonique avec une intensification poignante des évènements. Dans les célèbres “Sieben Worten Jesu am Kreuz“ SWV 478, la gambiste Hille Perl participe pour la première fois à cette intégrale avec son ensemble The Sirius Viole. La construction raffinée de cette œuvre, la grande sensualité des différentes parties, ainsi que la beauté du message musical font des “Sieben Worte“ un chef d'œuvre. La troisième pièce présente sur ce CD, “Erbarm dich mein, o Herre Gott“ SWV 447, pour soprano solo et consort de gambes est enregistré pour la première fois et constitue, en tant que composition pour l'office du Vendredi Saint, un complément aussi légitime qu'intéressant aux “Sieben Worte“

The sixth installment of the recording of Schütz’s complete works by the Dresdner Kammerchor and Hans-Christoph Rademann presents three powerful works for Passiontide. The St. Luke Passion SWV 480 unfolds a panorama inviting us to an intense, introverted pictorial reflection on Jesus’s Passion. The words of Luke the evangelist are sung without accompaniment, the musical means skillfully reduced to a minimum. This narrative is interrupted by the choruses, creating dynamic emotional scenarios, clamoring, pleading, querying and raging: in this way, Schütz creates a form of Passion “radio drama” with a deeply moving intensification of events. The well-known “Sieben Worten Jesu am Kreuz” (The Seven Last Words from the Cross) SWV 478 is the first contribution of the viola da gamba player Hille Perl and her ensemble The Sirius Viols to this complete Schütz recording. The sophisticated structure of the work, the intense sensuality of the individual sections and the beauty of the musical message make the “Seven Last Words” a masterpiece. The third work on this CD, “Erbarm dich mein, o Herre Gott” (Have Mercy on me, O Lord God) SWV 447 for solo soprano accompanied by a consort of viols, is a first recording and – as a composition for the Good Friday service – represents a charming and appropriate complement to the “Seven Last Words”.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Weinberg : Trio pour piano - Sonates pour violon - Sonate pour contrebasse. Blumina, Blacher, Moser.
Weinberg : Trio pour piano - Sonates pour violon - Sonate pour contrebasse. Blumina, Blacher, Moser.

Taffel Consort. Brade, Simpson : Œuvres instrumentales. Cordes.
Taffel Consort. Brade, Simpson : Œuvres instrumentales. Cordes.

Schütz : Becker-Psalter. Rademann.
Schütz : Becker-Psalter. Rademann.


Xenakis Edition, vol. 11 : Œuvres avec piano. Takahashi.
Xenakis Edition, vol. 11 : Œuvres avec piano. Takahashi.


Gian Francesco Malipiero : Œuvres pour piano. Alberti.
Gian Francesco Malipiero : Œuvres pour piano. Alberti.


Schütz : Psaumes de David. Mields, Rademann.
Schütz : Psaumes de David. Mields, Rademann.


Graupner : Wo gehet Jesus hin. Cantates de la Passion. Beuerle.
Graupner : Wo gehet Jesus hin. Cantates de la Passion. Beuerle.


Martin Palmeri : Magnificat. Turalska, Schmidt, Pietrodarchi, Palmeri, Litowska.
Martin Palmeri : Magnificat. Turalska, Schmidt, Pietrodarchi, Palmeri, Litowska.


Schubert : Intégrale de l'œuvre pour violon et piano. Ibragimova, Tiberghien.
Schubert : Intégrale de l'œuvre pour violon et piano. Ibragimova, Tiberghien.


Daniel Steibelt : Concertos pour piano. Shelley.
Daniel Steibelt : Concertos pour piano. Shelley.


Morales : O Magnum Mysterium, motets de Noël. Cordes.
Morales : O Magnum Mysterium, motets de Noël. Cordes.


Schütz : Symphoniae Sacrae III. Mields, Hofbauer, Jantschek, Poplutz, Rademann.
Schütz : Symphoniae Sacrae III. Mields, Hofbauer, Jantschek, Poplutz, Rademann.


Heinrich Schütz : Musikalische Exequien. Mields, Schneider, Kobow, Rademann.
Heinrich Schütz : Musikalische Exequien. Mields, Schneider, Kobow, Rademann.


Schütz : Passion selon St. Jean. Kobow, Van der Kamp, Rademann.
Schütz : Passion selon St. Jean. Kobow, Van der Kamp, Rademann.


Lachenmann : Double, Schreiben. Cambreling, Hermann.
Lachenmann : Double, Schreiben. Cambreling, Hermann.


Schütz : Histoire de la Résurrection. Sämann, Perl, Rémy, Rademann.
Schütz : Histoire de la Résurrection. Sämann, Perl, Rémy, Rademann.


Heinrich Schütz : Musique chorale sacrée, op. 13. Rademann.
Heinrich Schütz : Musique chorale sacrée, op. 13. Rademann.


Xenakis Edition, vol. 13 : Musique pour ensemble III. Schick.
Xenakis Edition, vol. 13 : Musique pour ensemble III. Schick.

Commander ce produit

15,36 €
Prix catalogue : 21,95 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°62 - 07/2018
ClicMag n°62 - 07/2018
Infos label
Carus
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.