FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  CPO  CPO777966
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Enescu : Symphonie n° 4. Ruzicka.
5 de Diapason
Diapason de janvier 2016
Critique de Jean-Charles Hoffelé
Page n° 80
Format : 1 CD
Durée totale : 01:02:32

Enregistrement : 2013-2014
Lieu : Hanovre
Pays : Allemagne
Prise de son : Stereo

Label : CPO
Référence : CPO777966
EAN : 0761203796625
Code Prix : DM021A

Année d'édition : 2015
Date de sortie : 30/09/2015

Genre : Classique
George Enescu (1881-1955)
Symphonie n° 4 en mi mineur
Nuages d'Automne sur les forêts
Symphonie de chambre, op. 33

Orchestre Philharmonique de la radio de Hanovre
Peter Ruzicka, direction

Après la 5ème symphonie de Georges Enescu, gravée par Peter Rusizka et son orchestre de la NDR pour le label CPO, voici la 4ème, elle aussi inédite au disque. Bien qu'il eut composé cinq symphonies dont les deux dernières restées incomplètes, le genre symphonique n'était pas la tasse de thé du compositeur roumain, bien plus à l'aise dans sa musique de chambre (sonates, octuor et « dixtuor » ses chefs d'oeuvre avec son opéra "Oedipe"). Son corpus symphonique est resté sous-estimé. L'ensemble des forces en présence semble lui échapper. Les pupitres sont souvent gérés de façon rigide et l'orchestration est parfois massive et peu ductile. Par ailleurs, Pascal Bentoiu, fidèle disciple et grand connaisseur de l'œuvre d'Enescu, a dû remanier deux mouvements de la quatrième symphonie. Les motifs du folklore traditionnel roumain sont bien présents ainsi que les tournures modales. L'architecture de la symphonie quelquefois bancale est compensée par d'intéressantes textures et par le caractère éminemment visionnaire de l'œuvre. Rusizka réussit l'exploit de tenir l'œuvre jusqu'au bout sans se perdre dans les méandres de sa structure laborieuse. Le climat du poème symphonique "Nuages d'automne sur les forêts", issue (avec Vox Maris) d'une trilogie inachevée sur "Les voix de la Nature", oscille entre la menace sourde des vents et des cuivres et le lyrisme élégiaque des cordes. Lourd crescendo en équilibre précaire que restitue bien Peter Ruzicka et son orchestre de la NDR. La tardive Symphonie de chambre op. 33 évoque aussi bien les œuvres similaires de Schoenberg, d'Hindemith que Francis Poulenc (Enescu l'a composé à Paris en 1954). Musique à la fois formaliste, d'un esprit subtil et de cette liberté d'orchestration unique qu'offrent les ensembles chambristes. (Jérôme Angouillant)

Eté 1934, Enesco achève l’orchestration du premier mouvement de sa Quatrième Symphonie, les deux autres, un Poco andante dissimulant une marche funèbre sarcastique qui se pare ça et là de quelques échos de valse lente, et un finale sensuel et divagant sont restés à l’état de particelle avant que Pascal Bentoiu ne les orchestre en 1996. Enesco y gagne comme pour la 5e Symphonie et pour Isis, déjà dévoilées par Peter Ruzicka, un opus flamboyant de plus, où son orchestre monde parle une langue radicale. Sommet de l’œuvre, et malgré les efforts de Pascal Bentoiu, le premier mouvement où Enesco construit une suite de trois crescendos fulgurants : orchestre sombre, d’une complexité rythmique encore plus accrue que dans la 5e Symphonie, et dont le climax éclate en un stupéfiant effet de cloche que domine la battue de la caisse claire – Enesco est si conscient d’être au cœur des années trente exactement entre les deux conflits mondiaux que toute sa symphonie se trouve hantée par d’incessantes musiques de marche. Jamais son univers n’aura été aussi proche de celui de Gustav Mahler et aussi éloigné du ton clair et des trompettes si françaises de la Première Symphonie : la 4e risque bien d’être sa partition la plus danubienne, et plus proche de Vienne que de Bucarest finalement. Peter Ruzicka ajoute Nuages d’Automne sur les Forêts, fascinante étude en gris qui cesse au détour d’une page son défilement perpétuel, seul mouvement rescapé d’une suite en trois volets intitulé Voix de la Nature, et la Symphonie de Chambre dont les ultimes pages furent dictées à Marcel Mihalovici, la dirigeant claire et nette, un rien trop tranchante. Il faudrait qu’il poursuive chez Enesco, même avec les œuvres déjà connues, en les couplant avec des partitions peu courues, comme la Suite châtelaine. Demain, peut-être…(Discophilia, Artalinna.com). (Jean-Charles Hoffelé)

FonoForum acclaimed our first Enescu CD as its »Recommendation of the Month : "A better and stylistically more faithful interpretation could hardly be imagined. The Enescu recording with the German Radio Philharmonic and Peter Ruzicka is a genuine discovery". The present recording, like the Symphony No. 5 in D major (cpo 777 823-2), is a world-premiere release conducted by Ruzicka. It emphatically underscores Enescu’s rank as a great symphonist of the twentieth century. Nothing more in his late symphonies appears to us to be Rumanian. And yet this idiom is present in a subtle manner. In many instances he employs the old church mode scales, the scales based on the Byzantine tradition, and combines them with the familiar keys of the major-minor system. Intervals such as the second, fourth, and seventh, demonized by classical harmonic doctrine but loved by Rumanian folk musicians, are frequently encountered in his music. Much later, in Paris, Enescu composed his Chamber Symphony op. 33 for twelve solo instruments, his last work. The composer was in poor health, and it in every way has the character of his last will and testament. The instrumentation has been thinned out, the musical material has been submitted to an absolute standardization, and the four movements vaguely correspond to the formal parts of the classical sonata movement, occurring in succession more or less in the manner of an exposition, a development section, a recapitulation, and a coda. The lament of the trumpet heard in the third movement, which was initially entitled "Adagio funebre", impressively depicts Enescu’s bitter summation of his life.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Schumann : Intégrale des œuvres symphoniques, vol. 5. Kopatchinskaja, Lonquich, Holliger.
Schumann : Intégrale des œuvres symphoniques, vol. 5. Kopatchinskaja, Lonquich, Holliger.

George Enescu : Quatuor pour piano n° 1 et 2. Quatuor Tammuz.
George Enescu : Quatuor pour piano n° 1 et 2. Quatuor Tammuz.

Britten, Chostakovitch, Hindemith : Œuvres pour alto et piano. Bashmet, Richter.
Britten, Chostakovitch, Hindemith : Œuvres pour alto et piano. Bashmet, Richter.


Enescu : Symphonie n° 5 - Poème symphonique Isis. Vlad, Ruzicka.
Enescu : Symphonie n° 5 - Poème symphonique Isis. Vlad, Ruzicka.


Giacinto Scelsi : Intégrale de la musique pour flûte. Giottoli, D'Aniello, Puliti, Ramadori, Benedetti.
Giacinto Scelsi : Intégrale de la musique pour flûte. Giottoli, D'Aniello, Puliti, Ramadori, Benedetti.


Dvorák : Œuvres symphoniques. Neuman.
Dvorák : Œuvres symphoniques. Neuman.


Sergei Bortkiewicz : Sonate n° 2 et autres œuvres pour piano. Vlaeva.
Sergei Bortkiewicz : Sonate n° 2 et autres œuvres pour piano. Vlaeva.


Dvorak : Concerto pour violoncelle. Rostropovich, Talich. [Vinyle]
Dvorak : Concerto pour violoncelle. Rostropovich, Talich. [Vinyle]


Anton Fils : Symphonies. L'Orfeo, Gaigg.
Anton Fils : Symphonies. L'Orfeo, Gaigg.


A la Mémoire d'Arturo Toscanini : Enregistrement live intégral 1957.
A la Mémoire d'Arturo Toscanini : Enregistrement live intégral 1957.


Smetana : Intégrale de l'œuvre pour piano, vol. 6. Cechova.
Smetana : Intégrale de l'œuvre pour piano, vol. 6. Cechova.


Pleyel : Symphonies Concertantes - Concerto pour basson. Dönnerweg, Moesus.
Pleyel : Symphonies Concertantes - Concerto pour basson. Dönnerweg, Moesus.


Burgmüller : Symphonies n° 1 & 2. Bernius.
Burgmüller : Symphonies n° 1 & 2. Bernius.


Allegri, Mundy, Palestrina : Œuvres sacrées. The Tallis Scholars, Phillips.
Allegri, Mundy, Palestrina : Œuvres sacrées. The Tallis Scholars, Phillips.


La discothèque idéale de Diapason, vol. 4 / Mozart : Les grands opéras.
La discothèque idéale de Diapason, vol. 4 / Mozart : Les grands opéras.


Graf : Quatuors à cordes. Quatuor Via Nova.
Graf : Quatuors à cordes. Quatuor Via Nova.


Benjamin Godard : Œuvres symphoniques. Reiland.
Benjamin Godard : Œuvres symphoniques. Reiland.


C.P.E. Bach : Sonates pour clavier. Driver.
C.P.E. Bach : Sonates pour clavier. Driver.

Commander ce produit

15,36 €
Prix catalogue : 21,95 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°61 - 06/2018
ClicMag n°61 - 06/2018
Infos label
CPO
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.