FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  SACD  CAR83412
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
C.P.E. Bach : Magnificat. Mauch, Mammel, Näf.
Diapason de mars 2009
Critique de Jean-Luc Macia
Format : 1 SACD Hybride
Durée totale : 01:02:37

Enregistrement : 2008
Lieu : Arlesheim
Pays : Allemagne
Prise de son : Eglise / Stereo

Label : Carus
Référence : CAR83412
EAN : 4009350834125
Code Prix : DM022B

Année d'édition : 2008
Date de sortie : 24/11/2008

Genre : Classique
Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
Magnificat
Die Himmel erzählen die Ehre Gottes, cantate de Noël

Monika Mauch, soprano
Matthias Rexroth, alto
Hans Jörg Mammel, ténor
Gotthold Schwarz, basse
Basler Madrigalisten
L'arpa festante
Fritz Näf, direction

Le Magnificat de Bach en première mondiale ! Ne criez pas, il ne s’agit pas de Johann Sebastian, mais de Carl Philipp Emanuel, son fils, dans une œuvre tout aussi magistrale que celle de son père, et qui retrouve ici véritablement et pour notre plus grand bonheur, sa première discographique. En deuxième partie, une cantate de Noël, enregistrée ici, elle aussi, en première mondiale, dans une interprétation qui touche au sublime.

Musique de Noël sublime d’un des fils de Bach : ces œuvres de C. P. E. Bach, enregistrées ici pour la première fois, datent de différentes périodes stylistiques du compositeur. Le Magnificat, enregistré dans la première version de Leipzig de 1749, figurait parmi les œuvres préférées de C.P.E. Bach. Il remplit tous les critères requis pour une composition religieuse de grande envergure : sublime, dignité, chorals polyphoniques et concertants, arias pathétiques et expressifs, ainsi qu’une grande double fugue finale. Die Himmel erzählen die Ehre Gottes est une œuvre de la maturité, et fut composé alors que Bach était directeur de la musique à Hambourg. Les Basler Madrigalisten, l’Arpa festante et les solistes de renom sous la direction de Fritz Näf nous livrent ici une magnifique et passionnante interprétation.

La traduction de la notice de présentation, en partie tronquée par rapport à un original allemand plus précis, laisse entendre que ce Magnificat de Carl Philipp Emanuel Bach serait de découverte récente, ou en tout cas enregistré sur ce disque pour la première fois. Or ce Magnificat est une partition bien connue, déjà dirigée notamment par Hartmut Haenchen sous étiquette Berlin Classics. Ce nouveau CD annonce une «version originale», donc présumée différente, encore qu’à l’écoute on peine à percevoir d’autre singularité que l’absence de timbales et trompettes, et un diapason différent (qui abaisse le lumineux ré majeur habituel de près d’un demi-ton…).

En définitive, on en reste donc à la comparaison facilement possible entre une interprétation bâloise qui bénéficie de tous les acquis actuels de l’école baroque, conception d’une agréable souplesse, défendue par un ensemble assez sûr d’intonation mais aussi par un quatuor de solistes pas toujours agréable (l’alto masculin et la basse sont modestes), et une version berlinoise plus brillante et « classique », dirigée avec un certain panache et défendue par des voix plus aguerries (même si Peter Schreier paraît déjà très usé). Dans les deux cas l’œuvre est bien défendue et mérite que l’on s’y arrête, tant le savoir-faire de Carl Philipp Emanuel Bach s’y déploie avec conviction, alliant une fermeté d’écriture contrapuntique digne des grandes œuvres de son père à l’aération d’un style devenu naturellement moins austère, mais sans concession majeure à un possible style «galant». On notera que c’est précisément avec cette œuvre ambitieuse que C.P.E. Bach s’était porté candidat à la succession de son père au cantorat de Saint-Thomas de Leipzig, mais qu’il ne fut pas retenu pour occuper ce poste, attribué finalement au plus modeste Johann Gottlob Harrer (1703-1755).

La Cantate de Noël « Die Himmel erzählen die Ehre Gottes » serait, quant à elle, un authentique inédit, l'état original de cette cantate, écrite en 1772 pour l’intronisation d’un nouveau pasteur à Hambourg, étant considéré comme perdu. Par rapport à cette œuvre dont seule la nomenclature a survécu, on découvre ici une partition dont certaines pièces semble différer, mais qui, elle, nous est parvenue complète, sans que l’on nous en précise d’ailleurs l’origine. S’agit-il là de l’un des trésors qui ont réapparu lors du retour en Allemagne de l’énorme quantité d’archives de la Singakademie de Berlin, prise de guerre de l’Armée rouge retrouvée il y a peu de temps en Ukraine ? Ce fonds très riche contient effectivement une importante quantité d’œuvres vocales inédites de C.P.E. Bach, qui devraient restituer progressivement au « Bach de Hambourg » sa véritable stature de musicien religieux, jusqu’ici méconnue. Mais son exploitation et sa mise à la disposition des chercheurs continue à poser problème en Allemagne, d’où peut-être le caractère évasif de la notice à ce sujet. En tout cas cette Cantate de Noël est une découverte intéressante, avec ses airs proches de l’opéra et son ambiance festive. Là encore l’interprétation des Basler Madrigalisten paraît attrayante mais perfectible. Un CD original, qui devrait inciter à d’autres explorations d’un domaine resté pour l’instant largement vierge.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Verdi : La Traviata. Fleming , Calleja, Hampson, Pappano, Eyre.
Verdi : La Traviata. Fleming , Calleja, Hampson, Pappano, Eyre.

Graun : Oratorio de Pâques. Kobow, Willens.
Graun : Oratorio de Pâques. Kobow, Willens.

Balalaika Favourites! Chansons folkloriques russes pour orchestre de balalaika. Belov, Gnutov.
Balalaika Favourites! Chansons folkloriques russes pour orchestre de balalaika. Belov, Gnutov.


Henri-Joseph Rigel : The French Symphonies. Concerto Köln.
Henri-Joseph Rigel : The French Symphonies. Concerto Köln.


Haydn : Missa Cellensis. Teuscher, Schäfer, Immerseel.
Haydn : Missa Cellensis. Teuscher, Schäfer, Immerseel.


Stockhausen : Kontakte
Stockhausen : Kontakte


Mozart : La flûte enchantée. Stader, Haefliger, Fischer-Dieskau, Fricsay.
Mozart : La flûte enchantée. Stader, Haefliger, Fischer-Dieskau, Fricsay.


Lortzing : Regina. Stojkovic, Kirch, Schirmer.
Lortzing : Regina. Stojkovic, Kirch, Schirmer.


Haendel : Israël en Egypte, oratorio. Bourvé, Winter, Wey, Speck.
Haendel : Israël en Egypte, oratorio. Bourvé, Winter, Wey, Speck.


Hasse : Missa ultima en sol. Güttler.
Hasse : Missa ultima en sol. Güttler.


Heinrich Scheidemann : Œuvres pour orgue. Flamme.
Heinrich Scheidemann : Œuvres pour orgue. Flamme.


Telemann : Concertos pour hautbois
Telemann : Concertos pour hautbois


Polychoral Splendour. Œuvres chorales de Gabrieli et Schütz. Cappella Murensis, Les Cornets Noirs.
Polychoral Splendour. Œuvres chorales de Gabrieli et Schütz. Cappella Murensis, Les Cornets Noirs.


Die Helle Sonn leuchtet. Schein, Praetorius, Eccard, Schütz... : Lieder sacrés. Ensemble Stimmwerck.
Die Helle Sonn leuchtet. Schein, Praetorius, Eccard, Schütz... : Lieder sacrés. Ensemble Stimmwerck.


Mozart et Mannheim
Mozart et Mannheim


Bach : Musique de chambre
Bach : Musique de chambre


Berio : Canticum novissimi testamenti
Berio : Canticum novissimi testamenti


Mozart : Musique sacrée de Salzburg 1774
Mozart : Musique sacrée de Salzburg 1774

Commander ce produit

16,44 €
Prix catalogue : 23,50 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°63 - 09/2018
ClicMag n°63 - 09/2018
Infos label
Carus
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.