FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Hänssler Classic  HC17034
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
C.P.E. Bach : Concertos pour piano, vol. 5. Rische.
Format : 1 CD
Durée totale : 00:56:28

Enregistrement : 21/06-12/07/2017
Lieu : Berlin
Pays : Allemagne
Prise de son : Eglise / Stereo

Label : Haenssler Classic
Référence : HC17034
EAN : 0881488170344
Code Prix : DM018A

Année d'édition : 2017
Date de sortie : 07/02/2018

Genre : Classique
Carl Philipp Emanuel Bach (1714-1788)
Concerto pour piano en la mineur, Wq 1
Concerto pour piano en ré majeur, Wq 45
Concerto pour piano en mi mineur, Wq 15

Michael Rische, piano
Berliner Barock Solisten

Original, le premier des cinquante concertos pour clavecin et orchestre de CP.E. Bach l'est dans tous les sens du terme. C'est précisément en 1733, l'année de sa composition, que Bach père aurait selon Michael Rische écrit son concerto en ré mineur BWV 1052 mais celui-ci n'est en réalité qu'une des nombreuses transcriptions de ses concertos pour hautbois ou violon. Qu'un jeune homme de dix-neuf ans vivant encore dans la maison familiale signe ainsi le premier concerto pour clavier de l'histoire, qui plus est avec un tel degré d'expressivité, cela laisse rêveur, malgré ou plutôt en raison de l'ombre du père. Cette œuvre dont, une fois n'est pas coutume, le premier mouvement est étonnamment proche de la manière, de l'univers de Wilhelm Friedemann fut-elle jouée au Café Zimerman de Leipzig entre deux concertos-transcription du père ? A l'autre extrémité de son parcours, en 1778, le dernier concerto témoigne d'une identité stylistique non seulement préservée mais assumée dans ses ultimes conséquences. L'année précédente, le cadet des fils Bach, Johann Christian livrait à l'édition son ultime série de six concertos (op. 13) tandis que Mozart démontrait avec son Neuvième écrit pour Mlle « Jeunehomme » que son assimilation du langage de ce Bach « galant » révélait sa nécessité dès l'instant qu'elle avait porté ses fruits dans l'émancipation. Ce n'est pas le moindre attrait de cet enregistrement que la succession de deux concertos ouvrant et refermant une trajectoire si autonome. Les présences en amont et en aval de J.S. Bach et de Mozart ne font en définitive au lieu de l'élucider qu'intensifier le mystère d'un monde aussi irréductible. Le plus grand piège serait de croire qu'une écriture en apparence moins complexe (si l'on prend le contrepoint comme étalon) ne nécessite pas autant d'intelligence et de goût dans sa mise en place. Peu d'interprètes ont su concilier avec ce degré de réussite la permanence des tensions abreuvant le jeu concertant désormais traversé d'irruptions abruptes et la préservation du caractère chantant de la partie soliste jusque dans ses phrases les plus ornementées. Percutante clarté, comme rebondissant d'un miroir, et sens confondant des subtilités de respiration caractérisent un jeu pianistique qui sait autant faire étinceler les accents incisifs déterminés déterminants que ciseler maints joyaux de tendresse ou d'introspection, consistance souvent déniée au flux mercuriel de lignes serpentines relevant des esthétiques rocaille et rococo. C'est dire la richesse de cette musique embrassant autant d'éléments stylistiques ! Chaque volume de cette série de concertos enregistrée pour la première fois au piano semble révéler un peu plus l'orfèvre inspiré qu'est Michael Rische. La matière sonore est assez féconde et plurielle pour s'épargner le mouvement perpétuel du blanc aveuglant au noir absorbant. Juste la voie royale des couleurs où marche la poésie. (Pascal Edeline)

What happened in Leipzig in 1733 was crucial to the development of a musical genre that has been an integral part of the music scene for over two hundred years: the keyboard concerto. That year, Johann Sebastian Bach wrote his great Concerto in D minor BWV 1052 and his second oldest son Carl Philipp Emanuel, aged just 19, composed his first keyboard concerto, the Concerto Wq 1 in A minor. Anyone who directly compares the two concertos will hardly believe that they were both written in the same place and at the same time: on the one hand, the elder Bach’s harpsichord piece, which plumbs the deepest depths of polyphony; on the other, the younger Bach’s new approach to keyboard-writing, a style that almost seems to overlook the omnipresent tradition of counterpoint. Setting aside the extremely complicated compositional history of JS Bach’s harpsichord concerto — from the presumed adaptation of an oboe concerto by Benedetto Marcello through to the arrangement of Bach’s own violin concerto for keyboard by his son Emanuel (BWV 1052a) — what is certain is that the younger Bach did not simply inherit the keyboard concerto as a genre from the hands of his father; he played a decisive part in shaping and enriching it from the outset. Another point to note is that the composer’s artistic identity fundamentally changed during this period: the truths of faith ceased to be the focal point, eclipsed by principles of the Enlightenment, namely self-assurance and self-reliance.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Johann Peter Pixis : Trios pour piano. Trio Leonore.
Johann Peter Pixis : Trios pour piano. Trio Leonore.

Esaias Reusner : Erfreuliche Lauten-Lust, suites pour luth. Waters.
Esaias Reusner : Erfreuliche Lauten-Lust, suites pour luth. Waters.

Giacomo Carissimi : Oratorio du Prophète Daniel. Weser-Renaissance, Cordes.
Giacomo Carissimi : Oratorio du Prophète Daniel. Weser-Renaissance, Cordes.


Telemann : Sonates en trio. Bosgraaf, Sinkovsky, Máté, Koreneva.
Telemann : Sonates en trio. Bosgraaf, Sinkovsky, Máté, Koreneva.


Bach : Transcriptions & Variations. Oppitz.
Bach : Transcriptions & Variations. Oppitz.


Johann Evangelist Brandl : Symphonies, op. 12 et 25. Griffiths.
Johann Evangelist Brandl : Symphonies, op. 12 et 25. Griffiths.


Joseph Wieniawski : Œuvres pour piano, vol. 4. Cimirro.
Joseph Wieniawski : Œuvres pour piano, vol. 4. Cimirro.


Giovanni Battista Sammartini : Sonates pour clavecin. Piolanti.
Giovanni Battista Sammartini : Sonates pour clavecin. Piolanti.


Franz Krommer : Symphonies n° 4, 5 et 7. Griffiths.
Franz Krommer : Symphonies n° 4, 5 et 7. Griffiths.


Emilie Mayer : Quatuors pour piano n° 1 et 2. Quatuor Mariani.
Emilie Mayer : Quatuors pour piano n° 1 et 2. Quatuor Mariani.


Joseph Wieniawski : Œuvres pour piano, vol. 3. Tyszecka.
Joseph Wieniawski : Œuvres pour piano, vol. 3. Tyszecka.


Gaetano Pugnani : Concertos pour violon. Noferini, Magnatta.
Gaetano Pugnani : Concertos pour violon. Noferini, Magnatta.


Schubert : Œuvres pour piano. Oppitz.
Schubert : Œuvres pour piano. Oppitz.


Brass Heralds. German Brass.
Brass Heralds. German Brass.


Emil Nikolaus von Reznicek : Benzin, opéra. Stojkovic, Süss, Räsänen, Yang, Kindschuh, Beermann.
Emil Nikolaus von Reznicek : Benzin, opéra. Stojkovic, Süss, Räsänen, Yang, Kindschuh, Beermann.


Mauro Giuliani : Concertos pour guitare n° 1 et 3. Maccari, Pugliese, Ensemble Ottocento.
Mauro Giuliani : Concertos pour guitare n° 1 et 3. Maccari, Pugliese, Ensemble Ottocento.


Korngold : Sérénade symphonique, op. 39 - Sextuor, op. 10. Rohde.
Korngold : Sérénade symphonique, op. 39 - Sextuor, op. 10. Rohde.


Haendel : Samson, oratorio. Haefliger, Stader, Höffgen, Borg, Rehfuss, Reith, Fricsay.
Haendel : Samson, oratorio. Haefliger, Stader, Höffgen, Borg, Rehfuss, Reith, Fricsay.

Commander ce produit

13,20 €
Prix catalogue : 18,86 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°62 - 07/2018
ClicMag n°62 - 07/2018
Infos label
Haenssler Classic
Tous les disques du label
Le site Internet du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.