FrançaisEnglish
Recherche avancée
Accueil  Catalogue  Nos labels  Classique  Polymnie  POL118130
MON COMPTE
MES ENVIES
MON PANIER
Catégories
Labels
Informations
Bach : Sonates et Partitas pour violon. Patrice Fontanarosa.
Format : 2 CD
Durée totale : 02:20:00

Enregistrement : 01/05/2016
Lieu : Courtenmpierre
Pays : France
Prise de son : Eglise / Stereo

Label : Polymnie
Référence : POL118130
EAN : 3760228651305
Code Prix : DM027A

Année d'édition : 2017
Date de sortie : 29/11/2017

Genre : Classique
Johann Sebastian Bach (1685-1750)
Sonate n° 1 en sol mineur, BWV 1001
Sonate n° 2 en la mineur, BWV 1003
Sonate n° 3 en do majeur, BWV 1005
Partita n° 1 en si mineur, BWV 1002
Partita n° 2 en ré mineur, BWV 1004
Partita n° 3 en mi majeur, BWV 1006

Patrice Fontanarosa, violon

Le calendrier des parutions discographiques nous aura offert, en l'espace de quelques mois, deux interprétations singulières et sublimes de ces chefs-d'œuvre. Après Tetzlaff, Fontanarosa. Tout pourrait opposer ces interprètes (âge, formation, carrière, style). Le plus jeune a enregistré deux fois ces pages (déjà des coups de maître) avant d'atteindre son zénith. Fontanarosa lui, les aura portées et jouées au fil d'une longue carrière sans "oser" jusqu'ici les enregistrer. Il suffit de lire les propos de ces interprètes pour comprendre ce qui les réunit. On est, dans les deux cas, au-delà de toute considération musicologique, de toute approche liée à une école : la singularité de l'artiste est en prise directe et comme immédiate avec l'universalité de l'œuvre, qu'elle prend en charge avec autant d'amour, et d'humilité que de ferveur et de sincérité. Savoir-faire, travail, technique semblent oubliés, effacés, ou plutôt condensés ici à l'extrême, sublimés dans le don, le partage qui seuls, donnent sens à la geste musicale. Tetzlaff : "Les jugements n'ont plus d'importance , [ma] liberté me permet de laisser parler l'émotion et de me concentrer sur l'essentiel : ce que je partage avec les autres". Fontanarosa : "Je ne suis jamais arrivé à être conduit par autre chose que par ce que je ressens […], il m'avait semblé vain de « fixer » ces œuvres. Mais tout ayant une fin, la conscience de cette échéance m'a donné le désir de laisser ma trace de ce que j'aime dans ce chef-d'œuvre. Modestement, bien évidemment […] Avec l'impérieux désir de le communiquer". Et nous sommes conquis dès les premières notes : l'évidence est là, lumineuse, aérée, dansante, parfois plus intense et plus sombre. Avec une diction, une sonorité parfaite, sans apprêt, qui touchent et ravissent. Il y a chez Fontanarosa comme un dialogue entre soi et soi, habité du regard qu'il porte sur lui-même (c'est le sens que prennent métaphoriquement à notre oreille les effets de polyphonie, ce jeu de plusieurs violons en un seul dans l'écriture de Bach). L'auditeur ne cesse d’y être inclus, captivé lui-même au plein sens du terme. Le "romantisme " invoqué Fontanarosa, mot auquel il donne un sens autre que ce qu'il évoque d'ordinaire, c'est ce partage même de l'émotion. Un enregistrement admirable, de bout en bout. (Bertrand Abraham)

Ainsi donc, le calendrier des parutions discographiques nous aura offert, en l'espace de quelques mois, deux interprétations également singulières et également sublimes de ces chefs-d'œuvre absolus de la musique instrumentale de Bach que sont (avec les sonates pour violoncelle seul), les sonates et partitas pour violon. Après celle de Christian Tetzlaff, celle de Patrice Fontanarosa. Tout pourrait opposer ces interprètes (leur âge, leur formation, leur carrière, leur style). L'un (le plus jeune) paraît avoir eu besoin d'enregistrer deux fois ces œuvres (deux coups d'essai qui étaient déjà des coups de Maître) pour parvenir à la vision parfaitement accomplie qu'il nous a donnée récemment. P. Fontanarosa qui les a portées et les a joués en concert au fil d'une longue carrière n'avait jamais « osé » jusqu'ici les enregistrer. Il suffit de lire ou d'entendre ce que nous disent ces deux interprètes dans les livrets de leurs Cd, ou dans leurs interviews, pour comprendre ce qui les réunit. Nous sommes dans les deux cas au-delà de toute considération musicologique, de toute approche liée à une école, de toute préoccupation de détail : la singularité de l'artiste est en prise directe et comme immédiate avec l'universalité de l'œuvre, qu'elle prend en charge avec autant d'amour, et d'humilité que de ferveur et de bonheur. Tout le savoir-faire, le travail, la technique qui a permis à ces deux interprètes d'en arriver là semble oublié, effacé, rendu invisible ou plutôt condensé à l'extrême, rendu et comme sublimé au profit de la même générosité, qui seule donne son sens à la geste musicale : le partage avec l'auditeur, le don. À celui qui dit : « Il faut du temps pour se défaire des habitudes, des idées reçues. Aujourd'hui les jugements n'ont plus d'importance pour moi » et qui revendique « une liberté qui permet de laisser parler l'émotion et de me concentrer sur l'essentiel : ce que je partage avec les autres (Tetzlaff), fait écho l'aîné : « je ne suis jamais arrivé à être conduit dans mon chemin musical par autre chose que par ce que je ressens […] il m'avait semblé vain de « fixer ces œuvres, préférant les donner évolutives, vivantes. Mais tout ayant une fin, la conscience de cette échéance m'a donné le désir de laisser une trace, ma trace de ce que j'aime dans ce chef-d'œuvre. Modestement, bien évidemment […] Avec l'impérieux désir de le communiquer » (Fontanarosa). Et nous voilà conquis dès les premières notes: l'évidence est là, lumineuse, aérée, dansante, parfois plus intense et plus sombre avec une diction, une sonorité parfaite, sans apprêt, qui touchent et imprègnent. On sent chez l'interprète comme un dialogue entre soi et soi, habité du regard qu'il porte sur lui-même (c'est le sens que prennent ici les effets de polyphonie, du jeu de plusieurs violons en un seul que suscite la trame de l'écriture de Bach) et l'auditeur ne cesse d' y être inclus, captivé lui-même au plein sens du terme. Le "romantisme " dont nous parle Fontanarosa, puisqu'il avance ce mot en lui donnant un autre sens que celui qu'il a d'ordinaire, n'est au fond pas autre chose que ce partage des émotions, dont Tetzlaff souligne l'importance. Un enregistrement admirable, de bout en bout, dont il faudrait alterner l'écoute avec l'autre, tant les deux miracles me paraissent se renforcer mutuellement. (Bertrand Abraham)

On ne présente plus Patrice Fontanarosa dont la carrière s’est déroulée sur les plus grandes scènes nationales et internationales. Il nous fait bénéficier ici de sa vision de l’oeuvre de Jean Sébastien Bach. Travail murement réfléchi car remis sur le métier tout au long ses concerts, dont nous ne pouvons qu’apprécier la profondeur de vue.

.  Ecrire une critique
Les clients qui ont acheté ce produit ont aussi acheté
Poulenc : Intégrale de la musique de chambre. Fossi, Bucchini, Palermo, Orlando.
Poulenc : Intégrale de la musique de chambre. Fossi, Bucchini, Palermo, Orlando.

Richter in the 40's.
Richter in the 40's.

La Famille Bach : Magnificats. Ensemble Arcangelo, Cohen.
La Famille Bach : Magnificats. Ensemble Arcangelo, Cohen.


Carl Reinecke : Aschenbrödel - Der Schweinehirt. Blanz, An, Vogel, Weiß, Kreutz.
Carl Reinecke : Aschenbrödel - Der Schweinehirt. Blanz, An, Vogel, Weiß, Kreutz.


Martinu : L'Épopée de Gilgamesh, oratorio. Crowe, Staples, Welton, Martinik, Honeck, Vasiliek.
Martinu : L'Épopée de Gilgamesh, oratorio. Crowe, Staples, Welton, Martinik, Honeck, Vasiliek.


Dusapin : O Mensch!. Nigl, Wagner.
Dusapin : O Mensch!. Nigl, Wagner.


Francesco Cilea : Intégrale de l'œuvre pour piano. Vincenzi.
Francesco Cilea : Intégrale de l'œuvre pour piano. Vincenzi.


Messiaen : Vingt regards sur l'Enfant Jésus. Kars.
Messiaen : Vingt regards sur l'Enfant Jésus. Kars.


Bach : L'Art de la Fugue, BWV 1080. Podger, Brecon Baroque.
Bach : L'Art de la Fugue, BWV 1080. Podger, Brecon Baroque.


Robert de Visée : Pièces pour la théorbe & la guitare. Diaz-Latorre.
Robert de Visée : Pièces pour la théorbe & la guitare. Diaz-Latorre.


Brahms : Sonates pour clarinette - Pièces pour piano. Pfeffer, Wahl.
Brahms : Sonates pour clarinette - Pièces pour piano. Pfeffer, Wahl.


Bloch : Sonates pour violon et piano. Stark, Pescia.
Bloch : Sonates pour violon et piano. Stark, Pescia.


Porpora, Monn, Haydn : Concertos pour violoncelle. Fazio, Cappella Neapolitana.
Porpora, Monn, Haydn : Concertos pour violoncelle. Fazio, Cappella Neapolitana.


Heinz Ignaz von Biber : Sonates du Rosaire. Podger, Miller, Swiatkiewicz, Manson.
Heinz Ignaz von Biber : Sonates du Rosaire. Podger, Miller, Swiatkiewicz, Manson.


75ème anniversaire de l'Orchestre de Chambre de Lausanne. Desarzens, Jordan, Foster, Lopez Cobos, Zacharias, Weilerstein.
75ème anniversaire de l'Orchestre de Chambre de Lausanne. Desarzens, Jordan, Foster, Lopez Cobos, Zacharias, Weilerstein.


Bach : Messe en si mineur. Layton.
Bach : Messe en si mineur. Layton.


Bacewicz : Concerto pour violon n° 3. Jakowicz, Nalecz-Niesiolowski.
Bacewicz : Concerto pour violon n° 3. Jakowicz, Nalecz-Niesiolowski.


Telemann : Musique de Chambre. Florilegium.
Telemann : Musique de Chambre. Florilegium.

Commander ce produit

19,68 €
Prix catalogue : 28,13 €
EN STOCK
Expédié sous 24h !
Produit éligible à la livraison gratuite
Livraison gratuite !
En savoir plus

ClicMag du mois
ClicMag n°63 - 09/2018
ClicMag n°63 - 09/2018
Infos label
Polymnie
Tous les disques du label
Faire connaître


Envoyer cet article à un ami.